Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

Arts de la table : Les tasses

Vous êtes ici : » » Arts de la table : Les tasses ; écrit le: 20 mars 2012 par La rédaction

Arts de la table : Les tassesLes nouveaux breuvages que sont le thé, le café et le chocolat exigent des contenants adaptés. Dans les tout premiers temps, le thé se déguste à la manière chinoise, dans de petites coupes en porcelaine importées par la Compagnie des Indes. L’invention du bol à anse, autrement dit de la tasse telle que nous l’entendons aujourd’hui, est attribuée à la manufacture de Meissen dans la première moitié du XVIIIe siècle. La finesse et la légèreté de la porcelaine tendre en font un matériau idéal pour la fabrication des tasses, alors décorées par les plus grands ornemanistes.

Les premières formes

Le thé et le café sont d’abord des breuvages rares et précieux, réservés aux riches. Les manufactures de porcelaine tendre comme Saint-Cloud, Vincennes, Sèvres, Chantilly, Mennec, produisent des merveilles de tasses délicatement peintes à la main. Au début, il n’existe qu’une seule forme, surmontée d’un couvercle, servant à la fois pour le thé et le café.



Au milieu du XVIIIe siècle, Saint-Cloud, Vincennes et Sèvres commencent à décliner les tasses en plusieurs tailles : la plus petite est baptisée « mignonnette », la plus courante mesure 6 cm de hauteur. À la fin du siècle, les tasses se différencient selon le breuvage : la tasse à café adopte la forme litron, c’est-à-dire cylindrique et égale en diamètre et en hauteur, la tasse à chocolat est plus large et pourvue de deux anses, tandis que la tasse à thé s’évase légèrement. En 1784, la décoration à l’or cesse d’être le privilège de Sèvres. Par ailleurs, la découverte du kaolin entraîne la création de nombreuses manufactures de porcelaine dure, notamment à Paris et dans la région de Limoges. Celles-ci laissent enfin libre cours à leurs envies de décors fastueux. Et c’est ainsi qu’à côté de pièces simplement décorées d’un semis de fleurs sur fond blanc elles produisent des tasses entièrement recouvertes d’ornements multicolores soulignés d’or.

Sous l’Empire, beaucoup de porcelainiers confient le décor de leurs pièces à des peintres à domicile appelés «chambrelans». Par la suite, les porcelainiers de Limoges vont produire de petites merveilles de légèreté comme la porcelaine « mousseline », d’un blanc immaculé, idéale pour le thé dont elles laissent apprécier la couleur.

«Trembleuse » ou « à la reine»

La tasse «trembleuse» s’emboîte dans le fond de sa haute soucoupe, ce qui la rend très stable. Elle est généralement pourvue d’anses et, parfois, d’un couvercle. Il semble qu’elle soit plutôt utilisée pour le chocolat. La tasse «à la reine» ou à déjeuner dite aussi « gobelet à lait », tronconique et stricte, et sa soucoupe profonde ont été inventées par Sèvres pour le petit déjeuner du matin. Certaines sont sans anses et sans couvercle, d’autres sont pourvues d’une ou de deux anses et d’un couvercle. La tasse dite « gobelet Calabre » est légère­ment arrondie en sa base avec un bord supérieur un peu évasé. La tasse « litron », avec ou sans couvercle, est cylindrique. C’est l’ancêtre de notre tasse à café. L’Empire invente la tasse «jasmin», destinée au chocolat : légèrement évasée, sur piédouche, elle est ornée de griffes d’animaux et possède des anses enroulées plus hautes que la tasse.

La « tasse canard », minuscule, sert à tremper un sucre dans trois gouttes de café. La tasse « filtrante »ou tasse à tisane est de grande taille et possède un filtre incorporé. La tasse à bouillon, large et évasée, est, elle, pourvue d’un couvercle et de deux anses latérales.

Vidéo : Arts de la table : Les tasses

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Arts de la table : Les tasses

https://www.youtube.com/watch?v=iIP4q89f3-U

← Article précédent: Article suivant:

Une réponse pour "Arts de la table : Les tasses"

  1. Green  29 août 2014 at 21 h 33 min

    La vidéo n’est plus disponible ?

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles