Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

L’argile naturelle

Vous êtes ici : » » L’argile naturelle ; écrit le: 16 février 2012 par La rédaction

L'argile naturelleToute poterie a pour matière première une terre très commune, que l’on trouve dans la nature et en grande quantité, à peu près en tous points de la croûte terrestre. L’argile devient céramique lorsqu’elle est exposée à une très forte chaleur qui fait fusionner les particules et durcit le corps pour produire une matière stable, d’une longévité souvent supérieure à celle de la roche. Avant la cuisson, cependant, c’est une substance des plus malléable et sa principale qualité, la plasticité, lui permet de conserver sa forme après le façonnage à la main, avec une surface lisse et sans cassures. La résistance de l’argile dépend du niveau de sa plasticité. Vous pourrez choisir votre pâte en connaissance de cause après avoir découvert ses réactions au pliage, au roulage, à l’étirement et à la compression.

L’argile se divise en deux catégories géologiques : tes argiles primaires ou résiduelles, et les argiles secondaires ou sédimentaires. Plus rares, les premières sont restées là où elles se sont formées, tandis que les deuxièmes, sous l’effet de l’érosion, ont été charriées par l’eau et la terre pour se déposer dans des couches sédimentaires.



Le kaolin primaire est très pur mais non plastique, en grande partie à cause de la structure de ses particules. Le processus d’érosion subi par les argiles secondaires les rend plus plastiques, l’exposition aux éléments ayant décomposé les particules. Cependant, il est rare d’utiliser seules les argiles naturelles, car l’adjonction d’autres matières premières permet d’atteindre le bon équilibre entre plasticité, retrait, température de cuisson et résistance.


Terre à grès

Rare à l’état naturel, la terre à grès est en général un mélange d’argiles plastiques (ball-clay) et de minerais qui confèrent des qualités particulières aux argiles molles ou cuites. De couleur grise, elle vire du chamois au blanc à la cuisson.

Argile rouge

C’est l’argile naturelle la plus courante. Elle doit sa couleur caractéristique à sa teneur en oxyde de fer qui, combinée aux silices et aux alumines de l’argile, contribue à la vitrification.

Argile réfractaire

Elle résiste aux très fortes températures. Elle prend une couleur chamois à la cuisson et s’utilise seule ou avec d’autres argiles. Par ailleurs, une fois cuite et moulue finement, elle entre dans la composition de la plupart des dégraissants.

Kaolin

Cette argile primaire qui cuit à très forte température est non plastique mais entre souvent dans ta composition des argiles et des glaçures.La forme vitrifiée du kaolin ou molochite, stable et d’un blanc pur, sert dedégraissant dans de nombreuses pâtes argileuses.

Ball-clay

Argile secondaire fine, mais trop plastique pour être utilisée telle quelle. Cuisant blanc à blanc cassé, elle sert souvent aux glaçures et entre dans la composition des pâtes à porcelaine et à grès, ainsi que des engobes.

Bentonite

Substance minérale semblable à l’argile, qui augmente la plasticité des argiles et de la porcelaine. Employée à petites doses dans les glaçures, elle contribue à la suspension des particules.

Argiles en poudre

Vous pouvez incorporer ces argiles séchées et pulvérisées dans votre argile.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles