Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

L’art change avec le temps, dans l’histoire

Vous êtes ici : » » L’art change avec le temps, dans l’histoire ; écrit le: 21 mars 2012 par La rédaction

L’art change avec le temps, dans l'histoire

L’art magique

L’art est à la fois une activité humaine, un travail, des techniques et leurs résultats, tout cela au service d’idées. Au début, l’art était surtout magique, puis religieux. Cela est demeuré vrai en Afrique (p. 102), en Océanie (p. 108).



La magie cherche à agir sur la nature, la religion rend hommage au surnaturel. L’art est alors une sorte de formule, de prière, de potion magique. Pour agir sur la nature, pour obtenir 1 aide des dieux, l’artiste présente aux autres hommes des formes qu’ ils puissent admirer : il les invente.

L’art imite la nature et il invente

Quel que soit son objectif, l’art recherche une forme de beauté. Parfois, les artistes ont pensé que la plus grande beauté était celle des choses qui nous entourent, les formes des paysages, celles des plantes, des rochers, des animaux, celle du corps humain. L’art essaie alors d’imiter la nature, d’en donner 1 illusion.

Pourtant, dès la préhistoire, 1 art est aussi lié aux objets fabriqués : certains silex naturels sont très beaux, mais, en outre, le silex taillé pour faire une pointe de flèche. 1 ivoire façonné sont beaux d une autre façon, parce qu’ils portent en eux la trace d’un travail volontaire et 1 idée d un objet utile ou agréable, d un objet nouveau. Les premières poteries étaient faites pour leur utilité : cela ne les empêchait pas d avoir des formes harmonieuses, puis d’être décorées par des lignes bien tracées et d’avoir des couleurs, une matière habilement choisies.

L’artiste et l’artisan

Alors l’ art ne représente rien qu’une intention, un rythme. Il se dégage de la nature – qui fournit les matières premières, la pierre, la terre à cuire, les végétaux à tresser, les couleurs que 1 on peut tirer des roches, des végétaux, des insectes.

L’art ne s’oppose pas à la nature, il s’y ajoute. Les mots nous expliquent cela : celui qui fait des objets d’art est d’abord un artisan – un technicien de l’utilité et parfois de la beauté. Quand ce qu’il fait n’est plus un objet qui sert dans la vie de tous les jours, niais une œuvre qui existe par elle-même, 1 artisan devient un artiste.

Les armes, les meubles, les ustensiles ont toujours cherché à plaire, mais d’abord à servir, à remplir leur usage. Mais quand on fabriquait des armes ou des parures de bijoux pour accompagner les morts dans ce qu’ on imaginait de I après-vie, ces objets de tombe, dont l’emploi devenait magique et religieux, étaient encore plus chargés de beauté, parce qu’ ils étaient faits pour d autres usages : protéger les morts, parler aux dieux.

L’ art magique et l’art religieux existent toujours aujourd’hui, et l’idée de beauté est moins importante pour ces formes d’art que l’efficacité surnaturelle. Avec leurs habitudes, les Européens ont parfois trouvé laids certains masques d’Afrique et d Océanie, qui sont pourtant des œuvres

d’art magnifique.

L’art invente une beauté nouvelle

Après avoir été surtout magique et religieux, ou bien surtout décoratif et agréable. 1 art, depuis cinq siècles, ne cherche plus rien d autre que la beauté et l’expression d’une vérité cachée. Il cherche toujours à inventer une beauté nouvelle, et c’est pourquoi nous avons plus de mal, parfois, à aimer l’art qui se fait aujourd’hui que celui du passé, qui reflète la nature et nos vieilles habitudes.

Chaque population humaine sur la terre, chaque société, a son idée de la beauté. Les Indiens d Amazonie font avec les plumes des beaux oiseaux de leurs forêts des œuvres d art, que nous aimons sans nous forcer : mais leurs peintures de corps et de visage nous paraissent quelquefois étranges, effrayantes, et non pas belles, simplement parce que nous sommes accoutumés à nos vêtements, à nos modes et au maquillage des dames – beaucoup plus discret que celui des Indiens !

La beauté et la laideur sont relatives; mais ce que l art construit, avec 1 intention des artistes, avec une technique précise et l’habileté, vise toujours une forme de beauté. Une œuvre réussie et qui réalise une intention élevée est toujours belle. La laideur d une œuvre d’art, si elle n’est pas pure maladresse par rapport à l’intention, est due à la banalité, à la répétition. Les statues religieuses dont on a meublé les églises depuis une centaine d’années, avec la répétition des mêmes personnages dans les mêmes attitudes, avec des couleurs trop vives, ne donnent pas un exemple de laideur artistique, mais un exemple de la disparition de l art, qui devient alors commerce, industrie, paresse de l esprit et du goût.

Vidéo : L’art change avec le temps, dans l’histoire

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’art change avec le temps, dans l’histoire

https://www.youtube.com/watch?v=XB5ir5VOZ3w

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles