/*

L’égypte , terre des pharaons

Vous êtes ici : Accueil » Art et décoration » L’égypte , terre des pharaons
L’égypte , terre des pharaons

ARTICLE

pendant quatre mille ans, la civilisation égyptienne s’est développée, entre l Afrique et le Proche-Orient, le long de la vallée fertile du Nil. Grâce à Champollion, qui parvint en 1822 à déchiffrer l’écriture des Égyptiens, les hiéroglyphes, nous pouvons retracer les grandes étapes de son histoire et tenter de comprendre la complexité de cette vie religieuse tournée vers l’au-delà, dont les tombeaux et les temples sont encore aujourd’hui les témoins.

Les pyramides

Lorsque, vers 2700 avant J.-C., Imhotep, l’architecte du pharaon Djéser, prépare le tombeau de son maître à Saqqara, il décide de le construire sur un ancien mastaba – en arabe, le mot mastaba signifie banc; pour les archéologues, il désigne ces tombes qui ressemblent à d’énormes banquettes. Imhotep choisit la pierre, plutôt que le bois ou la brique crue, pour réaliser une « demeure d’éternité » digne du souverain, et construit un escalier géant qui mène vers le ciel à la rencontre de Rê, le dieu du Soleil. C’est la première pyramide devenue, depuis, le symbole de l’art des pharaons.

Les successeurs de Djéser, tous fils du Soleil, suivent son exemple. L’art de la construction en pierre se perfectionne rapidement et le profil de la pyramide s’épure, pour parvenir à l’ensemble parfait que sont les trois pyramides des pharaons Chéops, Chéphren et Mykérinos, construites sur le site de Giza, près du Caire.  Celle que Chéops fait bâtir,en 2600 avant J-C  est la plus impressionnante de toutes; le? Grecs la compteront au nombre des sept merveilles du monde.

Chaque pyramide n’est qu’un des éléments de l’ensemble des bâtiments funéraires, qui comprennent un temple haut et un temple ha-, reliés par une chaussée couverte de dalles.

Le temple de la montagne

Au Moyen Empire, Thèbes est le centre de L vie spirituelle et religieuse. Montouhotep II fait construire son tombeau, vers 2040 avant .J.-C – au pied de la falaise de Deir el-Bahari. L conception de ce tombeau est révolutionnaire- à la pyramide solaire que le roi gravit pour atteindre l’au-delà, l’architecte substitue m tombeau qui conduit aux ténèbres. C est l règne du dieu Osiris, qui gouverne les mort et les mène à la vie éternelle.   Livre des morts (le Neferibrê. IV siècle avant J.-C.. Chapitre 125. La pesée du cœur du mort devant le dieu Osiris

Le pharaon a droit à une sépulture grandiose, parce qu’il est le fils du Soleil, le dieu Rê. C’est dans la tombe que commence sa vie éternelle. Momifié pour que son corps échappe à la destruction et lui permette de continuer sa vie dans l’au-delà, il est d’abord embaumé, puis enroulé dans des mètres de bandelettes et enfermé dans plusieurs sarcophages. Pendant toute la cérémonie funèbre, des prêtres récitent des litanies religieuses et magiques extraites du livre des pyramides et, plus tard, du Livre des morts, dont les rouleaux de papyrus accompagnent le mort et l’aident à accéder à la vie éternelle. Sur une barque, il traverse le Nil: c’est son dernier voyage, qui le conduit dans l’au-delà. «Il va s’asseoir à la droite de Rê, parmi les étoiles impérissables» (Livre des pyramides).

Thèbes, la ville des temples

Au cours du Nouvel Empire, Thèbes devient la capitale de toute l’Egypte. La « ville des vivants », sur la rive orientale du Nil, avec ses palais et ses temples réservés au culte des dieux, s’étend sur les sites de Louqsor et de Karnak. Sur la rive occidentale, la « ville des morts », où, suivant l’exemple de Montouhotep, les pharaons font construire leurs tombeaux dans la montagne, est appelée aujourd’hui la Vallée des Rois. Près des tombeaux, les temples permettent de célébrer le culte des morts et accueillent, lors de grandes cérémonies annuelles, l’effigie du dieu, qui traverse le Nil ce jour-là.

Amon, le dieu créateur, devient le plus puissant des dieux, il est le « roi des dieux ». Chaque souverain participe à sa gloire en lui édifiant des temples : depuis le Nil, une allée bordée de sphinx conduit à l’entrée de ce temple entouré d’une enceinte. La porte monumentale, marquée par un pylône fait de deux tours de pierre en forme de trapèze, est souvent précédée d’un obélisque et de statues de colosses. Après plusieurs cours à ciel ouvert, bordées de colonnes, on atteint la salle hypostyle (hypo veut dire « au-dessous », et style signifie colonne), réservée aux prêtres, qui conduit à la partie la plus secrète du temple, le sanctuaire. C’est là que se trouve la statue du dieu ; elle incarne sa présence sacrée sur terre. Devant elle, le roi ou le prêtre accomplissent chaque jour les rites du culte qui lui sont réservés.

La forêt de colonnes à Karnak

A Thèbes, la salle hypostyle du temple d’Amon reste parmi les réalisations les plus grandioses de deux souverains, Séthi I*r et Ramsès II. Les cent trente-quatre colonnes de la salle reproduisent dans la pierre les plantes du Nil, ses roseaux, ses papyrus ; elles se terminent par des chapiteaux en boutons de fleurs ou en ombelles. Comme les murs, elles sont couvertes de reliefs qui racontent les exploits guerriers des souverains : dans cet univers la nature rencontre les hommes et les dieux.

 

VIDEOS

Vidéo : L’égypte , terre des pharaons

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’égypte , terre des pharaons

http://www.youtube.com/watch?v=8MFipMTpRyg

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié