Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

L’Art : un décor antique : la mosaïque Gréco -romaine

Vous êtes ici : » » L’Art : un décor antique : la mosaïque Gréco -romaine ; écrit le: 23 mars 2012 par La rédaction

L'Art : un décor antique : la mosaïque  Gréco -romaineun art très ancien

Longtemps négligée par les historiens de Fart, considérée comme reflet de grandes peintures, la mosaïque est un des arts les plus anciens puisqu’elle apparaît au VIIIe siècle avant J.-C., en Asie Mineure, à Gordion. C’est en Grèce, du VIe au Ier siècle avant J.-C., puis dans le monde romain jusqu’au Ve siècle après J.-C., que l’art de la mosaïque se développe.

Composée de fragments de pierre, de verre, assemblés les uns aux autres et incrustés dans un ciment, la mosaïque est une pièce décorative, le plus souvent destinée à recouvrir un sol : « mosaïque de pavement », aux motifs géométriques ou figuratifs, conçue pour être vue de face et en trompe-l’œil.



Deux techniques se succèdent :

  •   la mosaïque de galets, de un à deux centimètres, enfoncés dans un « lit de pose » en ciment, formant un décor géométrique ou figuratif généralement de deux couleurs (motif clair sur fond sombre), qui connaît son apogée en Grèce à Pella au IVe siècle avant J.-C. ;
  •  la mosaïque de tesselles, formée de petits cubes taillés de un à deux centimètres, en terre cuite, en pierre, en marbre, en pâte de verre, ajustés les uns aux autres par un ciment. Les tesselles sont disposées sur trois couches successives, dont la dernière, le « nucléus », est constituée de brique pilée et de chaux; ces couches assurent la stabilité de l’ensemble.

Grâce aux couleurs variées des tesselles, la mosaïque devient une véritable peinture en pierre. Elle est composée comme un tapis avec un motif principal (Vemblema), et une bordure décorative souvent florale ou géométrique.

La mosaïque, parure de l’architecture

Il est impossible de dissocier la mosaïque de l’architecture qu’elle décore. Les pavements en mosaïque abondent dans les édifices publics, les palais et les demeures privées. Les premières mosaïques de galets connues présentent un assemblage inorganisé de motifs géométriques. Puis des motifs figuratifs apparaissent, comme à Pella [La Chasse au cerf). Au IIIesiècle avant J.-C. prend place la mosaïque de tesselles, multipliant les motifs et les couleurs (mosaïques de Délos dans la maison des masques). Après les Grecs, les Romains adoptent et développent l’art de la mosaïque, qui s adapte à toute forme architecturale. Bien souvent, la forme même d’une mosaïque correspond au mobilier qui occupe une salle.

Ainsi, une composition rectangulaire peut correspondre à remplacement d’un lit. Les motifs décoratifs d’une mosaïque varient selon le lieu qu’elle occupe : représentation géométrique, florale, figurative, à thème mythologique ou historique, pour décorer les sols d une riche villa particulière; scènes théâtrales, scènes marines (mosaïque des thermes de Neptune à Ostie. du IIe siècle après J.-C.. noire et blanche typique de cette ville, qui présente le dieu dirigeant son quadrige d’hippocampes), ou encore ««abats de gladiateurs, pour des théâtres, des fermes. des amphithéâtres.

Les  mosaïques à travers le monde

L’Empire romain, très puissant, conquiert un grand nombre de pays : les archéologues découvrent partout dans le monde des mosaïques. en Italie, en Espagne, au Portugal, «a France et dans les pays de l’Empire romain l’Afrique du Nord où, de la fin du I au III siècle après J.-C., elle connaît un extraordinaire développement. Sa qualité égale les parements de l’Italie, tant par son originalité par sa fantaisie créative et ses couleurs éclatantes.

les thèmes décoratifs variés foisonnent dans luxueuses villas : motifs animaliers (oiseaux. bêtes sauvages, poissons…), végétaux. -cènes de chasse, de pêche, de vendanges. La représentation des saisons, très fréquente dans le monde romain, est symbolisée par des jeunes femmes, des fruits ou des guirlandes de fleurs (Carthage, en Tunisie). Le thème du dieu Dionysos est très fréquent dans les propriétés privées. On le voit enfant, entouré de jeunes garçons de son âge, ou dieu des plaisirs – il apparaît alors ivre ; il est aussi dieu triomphateur ou dieu amoureux.

Partout dans les villes d’Afrique du Nord (entre autres : El Djem, Acholla, Carthage en Tunisie; Constantine, Djemila, Cherchell en Algérie), des ateliers de mosaïstes s’installent, tant les commandes sont importantes.

Les Romains passent maîtres dans l’art de la mosaïque : ils en exploitent toutes les possibilités artistiques pour arriver à la perfection. Après la chute de l’Empire romain, vers le Ve siècle, la fabrication de la mosaïque romaine disparaît; mais l’époque paléochrétienne (début du christianisme) la réintègre en 1 utilisant essentiellement comme support d’iconographie religieuse dans les églises. Plus tard, la mosaïque triomphera dans l’art byzantin.

Vidéo : L’Art : un décor antique : la mosaïque Gréco -romaine

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’Art : un décor antique : la mosaïque Gréco -romaine

https://www.youtube.com/watch?v=Dy4OE9W6u_Q

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles