Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

Le vêtement : Le matelassage

Vous êtes ici : » » Le vêtement : Le matelassage ; écrit le: 22 mars 2012 par La rédaction

Le vêtement : Le matelassageCette opération précède la découpe des vêtements. Elle tient compte des contraintes de l’entreprise (types de tissu, hauteur des matelas, etc.)- Une couturière ne peut couper qu’un seul vêtement à la fois. Une entreprise de confection peut découper, en matelas, toute une série de vêtements.

Le matelas

C’est la superposition de plusieurs épaisseurs de tissu. Le nombre de couches d’un matelas dépend de la quantité de produits à fabriquer et de la hauteur de la lame. Couper en matelas a pour but de réduire les temps de coupes et les manipu­lations inutiles.



 Les contraintes du matelassage

□  Liées au tissu : un matériau en laine est plus facile à matelasser qu’un tissu fluide et délicat comme la mousseline de soie.

□  Liées à la qualité du travail exigée : plus un matelas est épais, moins le travail est précis. Les épaisseurs peuvent glisser les unes par rapport aux autres ; ainsi, lors de la coupe, les vêtements découpés sur la couche inférieure se trouveront déca­lés par rapport à ceux de la couche supérieure.

□  Liées aux moyens et techniques : ils dépendent de l’importance de l’entreprise et du mode de lancement en fabrication. Ces moyens techniques ne seront pas les mêmes selon que l’entreprise fabrique des petites ou des grandes séries.

Les types de matelassage

□  Simple : les couches sont placées les unes sur les autres, endroit contre envers, et sont coupées à chaque extrémité.

□  En escalier : les couches n’ont pas la même longueur, elles sont placées endroit contre envers et sont coupées à chaque extrémité.

□  A sens et à la paire : les épaisseurs sont placées endroit contre endroit et envers contre envers, et sont coupées à chaque extrémité. Cette méthode est utilisée pour les tissus à sens comme le velours.

□  En accordéon : replié à chaque extrémité, le tissu se retrouve envers contre envers et endroit contre endroit. Le dernier pli est coupé en fin de matelas.

□   Tubulaire : la matière est tricotée en circulaire, donc sans lisière. Cette méthode est utilisée pour les tricots et les mailles.

 Les matériels de matelassage

□  La table de transfert : c’est une table adaptée pour le passage d’un chariot-plieur permettant le déplacement de l’opérateur pendant la réalisation du matelas.

□  La table aspirante : elle est utilisée pour le matelassage des matières gonflantes comme les ouatines pour anoraks. Lorsque le matelas est terminé, il est recouvert d’une pellicule plastique et réduit à l’aide d’un système d’aspiration.

□  La table rectomètre : le plateau de la table étant en position verticale, les lon­gueurs de tissu sont accrochées manuellement dans la partie haute. En fin de matelas, il passera en position horizontale par basculement du plateau.

Le matelassage des tissus à carreaux

■ Pourquoi raccorder les carreaux ?

Le raccord des carreaux sur un vête­ment est un critère de qualité visible à l’œil, non négligeable pour le fabricant et nécessaire pour la satisfaction du consommateur.

■   La table à aiguilles

Cette table est conçue pour le matelas­sage des tissus à motifs répétés ou à carreaux. Une épaisseur de tissu appe­lée « pli témoin » est découpée à la lon­gueur voulue.

Le vêtement : Le matelassage

La trame (fil largeur) de ce pli est placée dans des rangées d’aiguilles situées en bord de table, afin que le quadrillage soit parfaitement perpendiculaire.

Des aiguilles ressortent de 1 à 2 mm à certains points spécifiques.

L’opérateur dispose les repères des patrons sur les carreaux correspon­dants, et le pli témoin peut être enlevé.

Chacune des épaisseurs du matelas sera placée sur les mêmes carreaux et sera stabilisée par des aiguilles plantées aux mêmes points spécifiques que le pli. Toutes les aiguilles seront poussées en même temps par un système méca­nique. Ces tables ont une moyenne de 400 trous par mètre carré pour une cen – taine d’aiguilles. La hauteur utilisable d’une aiguille est de 10 cm environ.

■   La gestion des tissus à carreaux

Il existe un concept qui permet de pré­parer les placements pour la découpe des tissus à carreaux ou à motifs et d’intégrer directement les contraintes liées au positionnement des morceaux. La visite et le recalage des morceaux se font grâce à une caméra vidéo branchée directement sur la machine à découpe. Elle permet à l’image de s’afficher sur un écran. L’opérateur peut ainsi effec­tuer le positionnement des morceaux pour obtenir un raccordement lorsque ceux-ci seront assemblés. La mise en œuvre de ce concept est simple et donne une meilleure productivitré que la méthode manuelle.

Vidéo : Le vêtement : Le matelassage

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Le vêtement : Le matelassage

https://www.youtube.com/watch?v=IYSjCNmewDI

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles