Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

Le vêtement : Le nylon

Vous êtes ici : » » Le vêtement : Le nylon ; écrit le: 19 mars 2012 par La rédaction

Le vêtement : Le nylon Le nylon est une fibre synthétique de la famille des polyamides obtenue par synthèse et ayant une composition chimique se rapprochant de celle d’une fibre naturelle. Terme générique, le nylon définit les composés chimiques qui le constituent, de même que le tissu produit.

De la recherche fondamentale au Tactel

□   En 1928, le Dr Carothers est associé au programme de recherche fondamentale lancée par la firme Du Pont de Nemours à Willington, aux États-Unis. Trois ans plus tard, en collaboration avec le Dr Julian W. Hill, il annonce la découverte de méthodes pour créer des fibres artificielles à partir de polymères synthétiques à condensation linéaire.



□   Le 27 octobre 1938, Du Pont de Nemours lance le nylon, qui devient une des pre­mières fibres synthétiques mondiales, mais sans chercher d’applications concrètes. Son étymologie est floue. Certains disent que nylon viendrait de l’expression no run (« ne file pas »), d’autres de l’association des initiales de New York (NY) et de Londres (LON). Depuis 1992, la marque déposée par Du Pont de Nemours pour sa fibre polyamide est le tactel.

Caractéristiques des polyamides

□   La constitution chimique du polyamide (PA) rappelle beaucoup les composants de la laine, de la kératine et de la soie. Le nylon est fabriqué à partir de quatre élé­ments : le carbone (C), l’hydrogène (H), l’azote (N) et l’oxygène (0). C’est pour­quoi ses filaments sont aussi solides que l’acier, aussi fins qu’une toile d’araignée, avec le brillant et le toucher de la soie.

□   Le nom scientifique du nylon est polyhexaméthylène adipamide ou fibre 6/6, parce que constitué de six atomes de carbone d’hexaméthylène diamide et de six atomes d’acide adipique. Sa structure macromoléculaire est obtenue par polycondensation (élimination de l’eau) ou par polyaddition (sans libération de molécule simple).

□   Les propriétés du nylon sont multiples. Son faible pouvoir absorbant en fait une fibre qui sèche très rapidement. Entre – 53 °C et + 102 °C, il conserve toutes ses caractéristiques. La chaleur attaque la fibre à + 170 °C. La combustion s’accom­pagne d’une fusion en gouttelettes dangereuses pour la peau, ce qui lui interdit d’être utilisé pour les vêtements de travail.

 Les applications du nylon

□   Les fibres polyamides représentent le quart des fibres synthétiques utilisées. Elles peuvent être tissées seules ou en mélange avec d’autres fibres.

□   Tissé avec un fil plat (non texturé), le nylon sert à la fabrication des doublures, des blouses, des tabliers, des vêtements de sport (anoraks, combinaisons de ski), des imperméables et de la lingerie. Grâce à ses caractéristiques thermoplastiques, qui assurent la permanence des plis, il sert à la confection des jupes ou des che­mises de nuits plissées.

□   Tissé avec un fil texturé, il est utilisé en bonneterie pour les bas, collants, chaus­settes, sous-pulls, maillots de bain ou justaucorps.

Une histoire de bas

■   Une fibre pour les jambes

Les bas nylon modernes conjuguent la haute technologie et la mode. Initiale­ment, le nylon était prévu pour la fabri­cation des brosses à dents. Dès 1939, Du Pont de Nemours réalise les pre­miers bas nylon, qui avaient comme particularité de ne jamais filer. Les pre­miers prototypes seront vendus aux employées de l’usine de Wilmington, le siège social.

En 1942, pour soutenir l’effort de guerre, les Américaines mettront leurs bas aux enchères ; ils serviront à la fabrication des parachutes de l’armée.

■   De la guerre à la révolution

Jusqu’aux années 60, les femmes por­tent des bas mais l’apparition du collant fait l’effet d’une révolution dans les comportements, surtout parmi les jeunes filles, car il permet de porter la fameuse minijupe. Pratique, confor­table, il devient un objet de mode bon marché, et prend de la couleur dans les années 70. Une créatrice, Chantai Tho- mass, renoue dans les années 80 avec les résilles, les bas de soie et les porte- jarretelles plutôt sexy. À la même période, elle lance également ce qui deviendra un classique : le collant brillant opaque, qui ne montre pas mais laisse deviner le galbe des jambes. Le collant d’aujourd’hui se veut intelligent, performant, et surtout actif. Invisible et doux, il assure un ventre plat, un remo­delage des fesses, un gommage des hanches. Les noms de ces nouveaux collants traduisent ce changement : Profil Minceur chez Dim, Les Tonifiants chez Well, le Sunslim chez Gerbe et le Cosmétique de chez Fogal. La recherche constante des laboratoires a permis de mettre au point des collants contenant, par exemple, des produits relaxants ou d’autres si fins qu’ils n’ont plus aucune incidence sur la chaleur. Tout laisse à penser que, dans un avenir très proche, nos bas et collants seront de plus en plus résistants.

■   Des prouesses technologiques

Sans l’apparition de nouvelles fibres et sans les machines pour les tricoter, ces nouveaux collants seraient restés à l’état de projet. Depuis l’apparition des bas nylon, une firme a toujours été à la pointe du progrès dans ce domaine : Du Pont de Nemours. Au début des années 80, apparaît sur le marché le premier collant transparent comportant du Lycra, qui a permis de galber les jambes tout en libérant les mouvements. Depuis, la firme n’a cessé d’innover avec de nou­veaux produits : le Lycra 3D, encore plus fin, qui offre une uniformité de la maille et une sensation de « seconde peau », le Tactel diabolo, dont la luminosité per­met de tricoter des collants aux reflets nacrés, et le Tactel micro conçu pour des collants doux et fins. Conjointement à la recherche des producteurs de fibres, les machines vont devenir plus performantes avec de nouvelles possi­bilités de tricotage. Un collant peut être fabriqué en combinant différents points de maille mais avec le même type de fil, assurant ainsi les différentes fonctions (galbe pour les jambes, ceinture élas­tique, entrejambe renforcé).

Qu’est-ce que le décitex ou denier ?

Le décitex est la mesure qui indique la finesse d’un collant. Plus son nombre est bas, plus le fil est fin. Il donne le poids en grammes pour 10 000 m de fil. La moyenne actuelle est de 15 deniers. La recherche se porte vers des fils de 6 deniers qui feront des bas et collants ultra-fins.

Vidéo : Le vêtement : Le nylon

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Le vêtement : Le nylon

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles