/*

Les lustres

Vous êtes ici : Accueil » art et pratiques des cuissons rapides » Les lustres
Les lustres

Le plus simple pour obtenir un effet de brillance est d’employer des lustres du commerce. Vous pouvez les poser sur une glaçure cuite et finie et les recuire à basse température en oxydation. Le travail sur des surfaces sans glaçure aboutit aussi à des résultats intéressants.

Comme l’émail sur couverte, le lustre cuit juste au-dessous du point de ramollissement de la glaçure qu’il recouvre. Selon la température de maturation de celle-ci, il lui faudra une température de seulement 600 °C pour les glaçures de petit feu ou bien de 950 °C pour le grès et la porcelaine, mais c’est avec l’expérience que vous découvrirez la température idéale.

Le lustre se pose de diverses manières, selon l’effet recherché. Le pinceau permet d’indiquer des détails fins et de personnaliser une surface très lisse. La vaporisation est plus uniforme. Vous devrez ensuite nettoyer le vaporisateur.

Lustre vaporisé

  •  Vaporisez un lustre sur un bol en terre cuite I nappé d’une glaçure à craquelures. Cuisez-le à 1 080 °C.
  • Le bol est recuit à 680 °C

Lustre peint sur une surface non émaillée

  •  Procédez à la cuisson de la coupe à 230 °C et frottez-la avec du papier de carborundum fin pour usage humide et sec.
  • Posez une réserve pour lustre commerciale, sous forme de petits points, et laissez-la sécher avant de passer le lustre au pinceau.
  • Rajoutez du lustre sur la couleur du fond avec un petit pinceau, plongé au préalable dans le lustre, puis dans de l’essence, ce qui diffuse le lustre et le fait couler.
  • La coupe achevée a cuit à 725 °C. La couleur a changé complètement pendant la cuisson et, sans glaçure, le lustre a un aspect métallique soutenu et délicat.

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié