Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

Les mouvements dans la peinture : Atticisme

Vous êtes ici : » » Les mouvements dans la peinture : Atticisme ; écrit le: 16 mai 2012 par La rédaction

Les mouvements dans la peinture :  Atticisme

CONTEXTE

Dans un traité d’éloquence latin de Quintilien écrit entre 93 et 96 apr. J.-C., le mot « attique » qualifie une catégorie d’orateurs sobres, polis et raffinés. Les historiens de l’art, actuels, attribuent le terme « atticisme » à un style de peinture apparu en France dans les années 1647-1660, à l’époque de Mazarin. Ce courant parisien dérivé du classicisme ( CLASSICISME), qui applique des recettes inspirées de l’Antiquité comme de Raphaël, médite l’art de Nicolas Poussin

et de Philippe de Champaigne tout en s’opposant à leur sobriété idéale et austère. L’atticisme, indifférent à l’hégémonie du baroque italien, se développe dans le contexte favorable des commandes de l’Église et d’amateurs d’art éclairés, tel Jean-Baptiste Lambert de Thorigny, président de la Chambre des comptes, qui fait décorer son hôtel Lambert.



CARACTERISTIQUES

Parallèlement aux tableaux de chevalet et aux grandes compositions religieuses par exemple – les Mays de Notre-Dame de Paris -, les artistes réalisent, pour des amateurs privés, des ensembles décoratifs composés de toiles marouflées et insérées dans des lambris à la française. Les sujets d’histoire, religieux et mythologiques, nécessitent le décodage de rébus précieux tel l Amour dérobant la foudre à Jupiter du cabinet de l’Amour peint pour Jean-Baptiste de Thorigny. Les compositions, ordonnées simplement, restent statiques, refusent la perspective, l’illusionnisme et le mouvement. Les personnages vêtus d’élégants drapés évoluent les uns par rapport aux autres avec des gestes dansants et des regards doucereux. Grands dessinateurs, les atticistes décrivent des formes souples, recherchent le style et la pureté jusqu’à désincarner un peu froidement les personnages. Les visages, au front triangulaire et au nez rectiligne, n’expriment aucun sentiment. Amoureux de beaux dégradés, de valeurs subtiles et de demi-tons clairs (gris, ivoire, rose), ils abusent des bleus vifs. Les couleurs se fondent dans une lumière perlée, cristalline ou artificielle.

ARTISTES

Le Parisien Eustache Le Sueur (1616-1655), fondateur de ce courant, reçoit le surnom de « Raphaël français ». Les œuvres de Sébastien Bourdon (1616-1671) se caractérisent par des formes souples, un modelé doux et des tons pastels se détachant sur des fonds lumineux. La période de jeunesse de Charles Le Brun (1619-1690) se définit dans la pureté et la grâce de l’atticiste. Ce style concerne de nombreux artistes oubliés aujourd’hui, parmi lesquels Nicolas Chaperon (1612-1651) et Nicolas Loir (1624-1679).

OEUVRES

Clio, Euterpe et Thalie, Le Sueur, 1647-1655, Cabinet des Muses, musée du Louvre, Paris.

Le Sacrifice de Jephté, Le Brun, vers 1665, musée des Offices, Florence.

Vidéo : Les mouvements dans la peinture : Atticisme

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les mouvements dans la peinture : Atticisme

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles