Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

Remembrement-démembrement

Vous êtes ici : » » Remembrement-démembrement ; écrit le: 27 février 2013 par La rédaction

Remembrement-démembrementDès le début des années soixante, Melvin Webber remarquait que la ville nord-américaine était en train de se transformer en domaine urbain non-spatial1. Il en déduisait que les communities ou quartiers d’habitation devenaient des « systèmes ou des pro­cessus spatialement extensifs » et que l’essence de la vie urbaine devenait « interactive et non plus locale ». Si la ville est effecti­vement une vaste grille de connexions, composée d’un réseau visible de transports et d’un réseau invisible de communications et de flux, le sentiment de l’espace devrait s’en trouver radicale­ment modifié. Naguère exprimé par la place centrale et les axes qui y conduisent, l’espace public aurait aujourd’hui tendance à devenir mobile et furtif, sinon immatériel : le patio du centre commercial, la rampe d’accès à l’autoroute, le parking…

Il est exact que l’intégration européenne, la désindustrialisa­tion, la décentralisation, le déclin du Welfare State et la fluidité accrue des travailleurs et du capital tendent à réduire le nombre d’emplois et le nombre d’habitants en centre-ville. Ils donnent en même temps une nouvelle chance à la périphérie qui pourrait devenir « Los Angeles dans un bon jour »… C’est globalement la thèse défendue par Paul Virilio, Wim Wenders, Jean Nouvel et Rem Koolhaas, qui met l’accent sur la fluidité et a tendance à faire du shopping mall le nouveau condensateur social. De fait, même si les périphéries ont toutes une histoire nationale spéci­fique, le problème architectural dominant aujourd’hui est celui de la transformation des zones intermédiaires entre centre his­torique et nouvelles implantations. Et tout spécialement en France les « banlieues » collectives des Trente Glorieuses, que l’on nomme ceinture rouge, grands ensembles ou ZUP.



Si la réflexion sur l’habitat collectif en périphérie hésite depuis des années entre nostalgie (le Paris de Rambuteau, les HBM, les cités-jardins) et utopie (Fourier, Morris, les constructivistes) c’est sans doute que ces pôles paraissent réconcilier civilité et urba­nité comme « valeurs concrètes » 2. Et les architectes ont une ten­dance (naïve ?) à penser que les quartiers périphériques sont « barbares » parce qu’ils ne sont pas « urbains », et qu’ils ne sont pas urbains parce que les espaces non bâtis n’y sont pas «publics ». Reste à savoir comment et pourquoi nos devanciers se sont trom­pés dans la distribution des vides et des pleins en périphérie. Est- il encore possible, comme le croient par exemple Léon Krier et le prince Charles 3, d’induire la civilité en mimant l’urbanité ? Faut- il au contraire, à la suite de Koolhaas et des déconstructionnistes4, pousser la logique moderne à l’absurde pour lui échapper ?Remembrement-démembrement

Vidéo : Remembrement-démembrement

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Remembrement-démembrement

https://www.youtube.com/watch?v=-R7FfWM0Oik

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles