Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

Saint-Martin:stationner,se promener

Vous êtes ici : » » Saint-Martin:stationner,se promener ; écrit le: 27 février 2013 par La rédaction

Saint-Martin:stationner,se promenerLe quartier Saint-Martin, malgré des avantages remarquables tels la proximité du centre, la diversité de son peuplement, la grande mixité habitat-emplois (un emploi pour deux habitants), le grand nombre d’établissements éducatifs et la densité de son réseau viaire, ne dispose pas de promenades, places, squares et jardins. Il manque également de stationnement aux abords de l’avenue J. Panchot, de la place Vaillant-Couturier et de la rue du Maréchal-Foch, où sont concentrés un grand nombre de commerces traditionnels et où s’effectue un important transit vers la banlieue ouest.

Ce manque, inaperçu quand l’industrie, les carrières et les vignes dominaient le secteur, s’accentue avec la reconversion des friches industrielles et agricoles au profit d’une urbanisation résidentielle et tertiaire. Cette fois encore, l’urgence n’est pas telle que la municipalité doive engager immédiatement d’importants moyens financiers. Mais pour ménager l’avenir et améliorer la situation au moindre coût, il y aurait intérêt à prendre quelques mesures conservatoires. Il faudrait également saisir des opportunités de négociation avec des privés en passe d’entreprendre des aménagements tels que Leclerc et les pro­moteurs dela ZAC Chefdebien.



Ces observations et relevés d’opportunités nous amènent à proposer les mesures suivantes :

  • Maintenir l’idée, donnée par l’association de quartier, d’une requalification de l’avenue V. Dalbiez, une promenade le long du Ganganeil assurant plus d’aisance et de sécurité à l’entrée des écoles et du lycée technique L. de Marillac. Ce projet devrait toutefois être réexaminé à la lumière de schémas prospectifs visant à améliorer la desserte des établissements Leclerc et Pinault, à désenclaver la future ZAC Chefdebien et à intégrer une éven­tuelle révision du passage à niveau SNCF.
  • Inscrire au POS des mesures conservatoires (alignement, réserve foncière, classement en espace vert à créer ou protéger) permet­tant la réalisation de continuité reliant d’une part les rues Doumer-Andorre-Puiggary et d’autre part la rue P. Renaudel et l’allée de Bacchus. Elles relieront le bas Saint-Martin au plateau et, singulièrement, au complexe culturel et de loisirs constitué autour de la mairie annexe située au centre géographique du quartier. Ces axes devraient privilégier un cheminement pié- tonnier. Aux abords des rue et impasse d’Andorre, il y aurait lieu de rechercher des places de stationnement pour les com­merces traditionnels du secteur Vaillant-Couturier.
  • Engager ou poursuivre des négociations, au bénéfice convergeant entre intérêts collectifs et privés, avec le centre Leclerc et les initiateurs de la ZAC Chefdebien, qui pourraient se traduire par des contrats ou conventions d’usage.

Avec le responsable du centre Leclerc, il s’agirait non seulement de négocier les conditions de desserte de son établissement par les voitures et les camions mais aussi les accès piétonniers, en considérant l’intérêt que prennent les centres commerciaux dans la structuration et l’animation de l’espace public.II serait également possible de négocier un partage intermittent d’usage du parking commercial dans le sens envisagé par Mangin et Panerai : « Pourquoi l’inévitable parking qui accompagne inexorablement les

équipements publics, immeubles de bureaux ou centres commerciaux ne pourrait-il pas constituer une place ? C’est-à-dire être à la fois le lieu où d’ordinaire se rangent les véhicules et celui où, à certaines occasions, se déroulent des mani­festations de la vie collective. » Dans ces conditions, la ville pourrait prendre en charge un éventuel surcoût (espace, éclai­rage, dispositif scénique, traitement de sol, plantations).

Avec les initiateurs de la ZAC Chefdebien, une concertation devrait permettre de ménager un jardin-promenade (parcours de santé et de jogging), entre le rond-point du collège Sévigné et le canal royal vers la porte d’Espagne. Le site de cette promenade est déjà très structuré par une agouille, un talus, un chemin et des arbres de haute tige. On ménagera le long de ce parcours quelques clairières et alcôves pour le repos et le jeu. Ce jardin linéaire dont l’entretien plus que la propriété pourrait revenir à la ville parti­ciperait du COS et des espaces verts de la future ZAC.Saint-Martin:stationner,se promener

Vidéo : Saint-Martin:stationner,se promener

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Saint-Martin:stationner,se promener

https://www.youtube.com/watch?v=Sc17VBAM9HQ

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles