Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
ARTS ET DECORATION

Le pantalon

Vous êtes ici : > Couture et haute couture > Le pantalon

Le pantalon - Le pantalonLe pantalon, vêtement qui recouvre les jambes jusqu’aux che­villes, peut être large ou étroit, à plis ou à pinces, avec deux sortes d’ouvertures possibles sur le devant : la braguette, au milieu, ou l’ouverture parallèle, appelée pont.

L’influence du cheval sur le pantalon

□  L’évolution du pantalon recoupe la domestication du cheval. Ainsi, à l’est de l’Europe, 2 000 ans avant notre ère, le cheval devint animal de monture puis de trait, et le pantalon un vêtement indispensable pour le cavalier.

□  Les Celtes et les Germains adoptèrent cette tenue pratique pour monter à che­val et l’appelèrent braies. Réalisées en divers matériaux, elles comportaient deux jambes indépendantes dont le haut s’enroulait autour du bassin.

□  Les Romains, fidèles à la toge, condamnaient à mort quiconque portait ces braies, symboles des hordes qui envahissaient l’Europe.

□  Les Perses portaient sous leur robe un pantalon qui affirmait leur rang social et la possession d’un cheval.

□  Le pantalon fut de tout temps associé au cheval et à la puissance militaire. Mais il servit également d’alibi aux premières femmes qui montaient à cheval.

Un parcours fragmenté

□  Le pantalon change ensuite souvent de nom. Au Xe siècle, il s’appelle chausses. Ces chausses remontent jusqu’à la taille, et au xve siècle, on invente la braguette, qui virilise le costume.

□  Au xvie siècle, ces chausses deviennent rhingrave, sorte de jupe-culotte plissée ornée de dentelles, qui soulève de nombreux sarcasmes. A la même époque, quelques jeunes hommes adoptent le pantalon en drap qui se termine à la cheville. Cette tenue est choisie par les marins et les travailleurs des ports. Un siècle plus tard, la culotte devient l’emblème de l’aristocratie française. A la Révolution, sous l’initiative des dockers marseillais, le pantalon réapparaît. Les nobles baptisent alors ces derniers, sans-culottes, car ils rejettent leur tenue.

□  Le pantalon contemporain est définitivement adopté en 1850, sous le sobriquet de tuyau de poêle. Il offre un masque égalitaire en cachant les imperfections éven­tuelles des jambes. Depuis, seuls quelques détails ont transformé le pantalon : le revers, inventé par Édouard VII en 1909, le pli ou la cassure à la cheville.

Le pantalon au féminin

□  C’est en Perse que l’on rencontre les premiers pantalons portés par les femmes sans robe pour les recouvrir.

□  Jusqu’au xvnï’ siècle, des femmes tentent de l’adopter, mais sans succès. Sous la Révolution, un décret interdit de porter un habit du sexe opposé ; le Consulat autorise les femmes à porter le pantalon, sous réserve d’autorisation préfectorale.

□  Les sports, notamment la bicyclette et le ski, permettront aux femmes de s’habiller en pantalon. Depuis, il est devenu le symbole de l’émancipation féminine et du confort, s’imposant dans toutes les couches de la société.

La salopette

■     La salopette de tous les âges

Du mot Français salope « sale », la salo­pette est un pantalon dont le devant est prolongé vers le haut par une bavette et qui s’attache par un système de bre­telles qui passent par les épaules.

À l’origine, la salopette était un vête­ment de travail réalisé en coton ou en denim. Mais sa destinée va croiser de nombreuses générations qui vont cha­cune l’adapter à leur époque et à leur besoin.

■     Le premier vêtement intergénérationnel

Confortable malgré un système de boutonnage parfois délicat, la salopette ne pouvait que plaire aux femmes enceintes voulant con­tinuer à porter le pan- ¡Il talon. Si la salopette est synonyme d’un style de vie décontracté, elle va s’imposer comme le pre­mier vêtement fantaisie que porteront les enfants dès leur naissance.

Le premier vêtement intergénérationnel - Le pantalon

 

 

 

 

 

Boulot et salopette

L’âge adulte aussi a sa salopette. Réservée au travail manuel ou agri­cole, elle figure de moins en moins dans les garde- robes masculines. C’est la marque Adolphe Lafont qui demeure un des derniers spécialistes de vêtements de travail et fabrique encore des salo­pettes dont le plus gros de la production est exporté vers l’Allemagne.

Boulot et salopette 113x300 - Le pantalon

 

 

 

 

 

 

 

Un vêtement unisexe

Depuis 1966, la salopette semble revivre  une heure de gloire en devenant l’emblème d’une jeunesse androgyne qui ne veut pas grandir, ou affirmer une féminité trop précoce. Pour la première fois depuis plus de vingt ans, la salo­pette instaure une frontière vestimen­taire entre les parents qui ne la portent plus, et leurs enfants. L’influence des sports de glisse, la généralisation du pantalon large (buggy) sont autant de phénomènes qui ont contribué à sa redécouverte.

En France, la marque Mustang a été la première à proposer une salopette affranchie des années 70 où elle était cantonnée. Outre la traditionnelle salo­pette en jean, Mustang va innover en créant des salopettes fantaisies en toile de coton, en velours côtelé, en satin brillant dans des couleurs vives et des motifs à carreaux ou à rayures.

Un vêtement unisexe - Le pantalon

 

 

 

 

Vidéo : Le pantalon

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Le pantalon

https://www.youtube.com/watch?v=JUD1mvlLIoU

Article précédent:
Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié