/*

Les vêtements pour enfants

Vous êtes ici : Accueil » Couture et haute couture » Les vêtements pour enfants

[tab:ARTICLE]

Les vêtements pour enfants doivent correspondre à un certain nombre de critères objectifs et subjectifs. Ils doivent être fonc­tionnels, résistants, hypoallergéniques, mais aussi leur plaire.

Une notion récente : la layette

□   La notion de layette date du la fin du xvnf siècle. À l’origine, ce terme désignait l’ensemble du trousseau du bébé, qui était entreposé dans un tiroir ou laie. Le maillot ne représentait pas le vêtement, mais la manière dont était enveloppé le nourrisson. Quant au lange, il est la survivance d’une prononciation ancienne de « linge ».

□   Le nourrisson était entièrement emmailloté, privé de mouvement. Les hygié­nistes justifiaient cet emmaillotage par une meilleure station debout plus tard. Jean-Jacques Rousseau, au siècle des Lumières, recommanda, comme cela se fai­sait déjà en Angleterre, de laisser les jambes du bébé libres.

□   Il fallut attendre le xixe siècle pour que les bébés soient habillés avec des vête­ments spécifiques. La layette tricotée à la main se développa jusqu’à la généralisa­tion du travail féminin et l’industrialisation de ce type de vêtement. Tenue indis­pensable, elle est devenue un présent que l’on fait à la jeune maman. La brassière, la barboteuse, la combinaison, le kangourou ont enrichi le vocabulaire.

La naissance de l’enfance

□   C’est le XIXe siècle qui instaure les tranches d’âge, mais qui, surtout, découvre l’enfance. Jusqu’alors, les enfants, dès qu’ils savaient marcher, portaient, quel que soit leur sexe, des robes qui rappelaient de manière symbolique le rattachement à la mère.

□   La révolution bourgeoise et industrielle a déplacé le paraître masculin vers les femmes et les enfants. Ils deviennent le reflet de la position sociale du père dans un système de consommation indirecte. L’enfant est reconnu comme une per­sonne avec des besoins propres. Ses principales tenues sont : le kilt, l’habit marin à rayures, le tablier scolaire. Les petites filles, si elles sont vêtues de robes à crino­line, portent une culotte en dentelle qui dépasse. Dans les classes moins favori­sées, les petites filles sont habillées avec des pantalettes, simples culottes de coton blanc qui s’arrêtent aux genoux.

Les consommateurs en culottes courtes

□   La notion de tranches d’âge va s’affiner. Après le nourrisson vient le jeune enfant (de 1 à 9 ans environ), suivi du pré-adolescent (jusqu’à 12-13 ans), puis l’adolescent, notion européenne très récente.

□   De nos jours, le vêtement pour enfant ressemble aux tenues pour adultes, qui dans le même temps refusent de vieillir. Le vêtement segmenté et déterminé par l’âge a pratiquement disparu. Le sportswear, qui a déjà réduit les écarts vestimen­taires entre les sexes, a également unifié les codes entre les jeunes et les moins jeunes.

Les couleurs de l’enfance

■   Bleu pour les garçons, rose pour les filles

L’habitude de vêtir les nouveau-nés de blanc, de bleu ou de rose date du début du xxe siècle. Les raisons de ce partage des couleurs restent pour le moment incertaines. Cette coutume est toutefois localisée géographiquement, en Europe occidentale. Sociologiquement, les milieux bourgeois ont lancé ce phéno­mène. Par la suite, ils ont été rejoints par les milieux plus modestes et l’aristocra­tie. Aujourd’hui, les enfants sont habillés de couleurs plutôt vives, voire en blanc, et la majorité des mamans rejette les teintes dragée.

■   Des origines religieuses ou païennes ?

Deux hypothèses s’affrontent pour ten – ter de cerner le mécanisme de la répar­tition des couleurs entre les petites filles et les petits garçons. La première puise ses racines dans l’imaginaire religieux. Dans la religion catholique, le bleu est la couleur qui exprime le renoncement et le détachement des valeurs du monde, que les enfants sont censés représenter. Le blanc est devenue une couleur liturgique depuis l’invention de l’imma­culée Conception et symbolise la pureté et la virginité. Mais aucune raison ne vient éclairer l’attachement de ces cou­leurs aux petits garçons et non aux petites filles.

La seconde hypothèse prend en compte les antagonismes des couleurs. Le blanc s’oppose au noir, le vert au jaune, et le bleu au rouge, qui symbolise la vie. Or, depuis le Moyen Âge, le rouge est intimement lié au monde féminin. Le bleu, couleur d’opposition, aurait donc été attribuée très tôt aux garçons pour les distinguer des filles. Afin d’adoucir ces couleurs violentes, le rouge serait devenu rose et le bleu, pastel.

■    Des goûts et des couleurs

Dans de nombreuses cultures, le rouge est synonyme de joie, et il n’est dès lors pas étonnant que les enfants soient habillés de rouge pour traverser les rites de passage auxquels ils sont soumis. En Chine, par exemple, les enfants portent des vêtements en satin ouatinés et bro­dés « rouge impérial ». Les Japonais habillent les nouveau-nés d’un kimono miniature rouge.

Un vêtement unique : la robe de baptême

Avant la révolution industrielle, le jour de leur baptême, les enfants, quel que soit leur sexe, arrivaient devant les fonds baptismaux enveloppés du châle de leur mère ou emmitoufiés dans une couverture de couleur blanche (symboli sant leur innocence) parsemée de fleurs et de nœuds, la tête recouverte d’un bonnet. Au xix8 siècle, la tenue de baptême reflète de manière flagrante la notion de consommation indirecte. La robe immaculée, por­tée aussi bien par les petites filles que par les petits garçons, est confectionnée dans des tissus précieux et onéreux, surchargée de dentelle et de nœuds. Le bonnet est doublé et les pieds sont cachés dans des chaussons.

Reflétant le passage d’un état à un autre, la robe de baptême était conservée précieuse­ment. La perte des rituels religieux a entraîné la disparition de cette tenue au profit de vêtements spécifiques pour les petites filles et les petits garçons.[tab:VIDEOS] [tab:END]

Vidéo : Les vêtements pour enfants

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les vêtements pour enfants

http://www.youtube.com/watch?v=BoGA0CyDfhU

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié