Arts de la table : Les verres Art déco

Vous êtes ici : Accueil » Art et décoration » Arts de la table : Les verres Art déco

[tab:ARTICLE]

Avec leurs lignes droites, leurs formes simples et leur décor discret, les verres Art déco sont d’une étonnante modernité et s’accordent parfaitement avec la vaisselle et l’argenterie contemporaines.

Le goût de la simplicité

Lors de l’Exposition internationale des Arts décoratifs de 1925, les artistes du verre affirment leur préférence pour la forme au détriment de l’ornementation, pour la beauté de la matière au détriment du décor, pour la transparence au détriment de la couleur.

C’est le cas de Jean Luce, qui, après avoir travaillé dans la maison acquise par son père en 1888, crée sa propre société en 1931. Il dessine des services de porcelaine pour plusieurs manufactures, dont Sèvres, et a le premier l’idée d’assortir la verrerie avec la céramique, l’argenterie et même le linge de table. Il crée plusieurs services de porcelaine et de cristal pour le paquebot Normandie et travaille pour la cristallerie de Saint-Louis, créant les services «Hossegor» et «Eva», très représentatifs de l’Art déco. Saint-Louis s’engage dans ce mouvement moderniste en faisant appel à d’autres artistes comme Jean Sala, issu d’une dynastie de verriers italiens, Maurice Dufrêne, Marcel Goupy ou Max Ingrand.

De son côté, Baccarat fait appel à un grand créateur, Georges Chevalier, qui imagine des verres ultralégers dits « mousseline » aux paraisons d’une grande pureté, coniques ou légèrement évasées en forme de tulipe, et crée pour les riches propriétaires de yachts des verres stables, sans jambe et dont le corps repose sur un socle large et épais. Son service «Jets d’eau» est un modèle de sobriété et d’harmonie : sur la paraison gravée à l’acide sont représentés des jets stylisés tandis que la jambe et le pied sont ornés de fleurs moulées dépolies.

Le règne de Lalique

Mais la personnalité la plus marquante de l’époque est celle de René Lalique. Ses premières recherches sur le verre et le cristal datent de 1890: il est alors joaillier. En 1902, il exécute des panneaux en verre moulé pour son hôtel du Cours-la-Reine. En 1906, François Coty lui commande des flacons de parfumerie qu’il fait fabriquer chez Legras, à Saint-Denis, avant d’ouvrir sa propre fabrique. En 1911, il abandonne la joaillerie pour se consacrer entièrement au verre, réagissant contre l’excès de couleur et jouant notamment de l’opposition entre le verre transparent et le verre satiné. Il invente un « demi-cristal » très solide qui a l’éclat et la transparence du cristal traditionnel. Ses verres sont d’une architecture simple, avec des lignes épurées. Il applique ses méthodes de fabrication à des vases, des panneaux décoratifs, crée de nombreux services de table et fournit la verrerie des appartements de grand luxe de la Normandie.

Ce son côté, Daum se lance dans la fabrication du cristal en 1934 pour répondre à une commande de cent mille pièces destinées à ce même paquebot Normandie. Mais cette manufacture, fer de lance de l’Art nouveau, continue à se spécialiser plutôt dans les objets décoratifs que dans les verres à boire. Choisy-le-Roi, grâce au talent de Simonet, Val Saint-Lambert, grâce à celui de Marcel Goupy, Pantin, Clichy, Sèvres produisent aussi de très beaux verres Art déco.[tab:VIDEOS] [tab:END]

Vidéo : Arts de la table : Les verres Art déco

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Arts de la table : Les verres Art déco

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié