Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
ARTS ET DECORATION

Point de vue, cadrage et plan

Vous êtes ici : > ArticlesPoint de vue, cadrage et plan

Point de vue, cadrage et plan

Point de vue, cadrage et plan

Le peintre cadre sa composition : il choisit un point de vue particulier sur l’action représentée. Cet angle de vision guide ensuite le regard du spectateur et conditionne la lecture du tableau.

Le point de vue et l’angle de vision

Le point de vue désigne la situation à partir de laquelle le peintre considère la scène ou le paysage qu’il représente sur sa toile : vue de face, vue par-dessous, vue par-dessus. Le point de vue témoigne de la relation visuelle et symbolique qui existe entre l’artiste et son sujet, de sa place et de sa distance (proximité, éloignement). C’est un choix important pour le peintre puisqu’il installe virtuellement le spectateur à sa place.

Que cherche-t-il à montrer au spectateur, sous quel angle, avec quelles intentions ?
–    Dans un angle naturel de vision, le peintre est debout, il regarde à hauteur d’homme : c’est un axe horizontal qui ne modifie pas notre vision de l’espace.
–    En plongée, le peintre regarde la scène d’en haut, il domine l’action. L’angle de vision se resserre : les verticales sont écrasées, les distances, les objets et les personnages sont raccourcis, l’espace se comprime.
–    En contre-plongée, le peintre regarde la scène d’en bas, il est dominé par l’action. L’angle de vision se détend : les personnages sont allongés, les objets grandissent, l’espace est en expansion.


Le champ, le hors-champ

Le champ est la surface de vision que le peintre cadre dans les limites du tableau.
Dans la peinture, l’espace de l’image ne se limite pas seulement au format et à la taille de la toile. Si le tableau nous apparaît comme une portion d’espace découpée par le peintre sur la totalité de la scène et du paysage, nous pouvons facilement entrevoir que le décor et l’action se poursuivent en dehors et sur les côtés de la toile, dans un espace imaginaire et invisible, le hors-champ.
Suggéré grâce aux indices fournis par l’image, il s’étale à l’entour du tableau et déborde de l’image : chemins et objets (coupés par le cadre) que nous prolongeons mentalement, personnages qui regardent à l’extérieur du cadre, miroirs ou vaisselle qui reflètent les côtés du décor, invisibles sur la toile.

Le découpage des plans

Les plans sont les surfaces planes virtuelles qui structurent successivement la profondeur de l’espace du tableau. Le premier plan correspond au devant de la scène, l’arrière-plan occupe le fond du tableau.
Pour représenter la nature, le ciel, la mer, les plages et les collines, le peintre utilise le plan d’ensemble. Il cadre large, son angle de vision est ouvert, les personnages sont petits. Pour faire un portrait en pied, il utilise un plan moyen, qui cadre l’espace à la taille du modèle. Pour peindre une figure, il utilise le plan rapproché, qui découpe un petit fragment dans l’axe naturel de vision.

le cadrage

Le hors-champ

Nous sommes au centre d’un sujet cadré sur la serveuse et l’homme à la pipe. L’action « s’étale » dans l’inconnu et par-delà le format du cadre. Manet nous invite à reconstituer les parties manquantes de la scène.
Tous les objets et les personnages du tableau sont coupés par le bord du cadre ou cachés en partie.
Le visage de l’homme à la pipe se tourne vers l’extérieur de l’image. Il regarde et observe des actions invisibles sur la toile.

Vidéo : Point de vue, cadrage et plan

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Point de vue, cadrage et plan

https://www.youtube.com/watch?v=riJHuTUz7JI

← Article précédent:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Autre Top Articles