Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

L’Art : Raphaël Raffaello Sanzio, dit 1483-1520 Peintre

Vous êtes ici : » » L’Art : Raphaël Raffaello Sanzio, dit 1483-1520 Peintre ; écrit le: 30 mars 2012 par La rédaction

L'Art : Raphaël  Raffaello Sanzio, dit 1483-1520  PeintreNé à Urbino, au cœur de l’Italie, en 1483, fils du peintre Giovanni Santi. Orphelin à onze ans, Raphaël a sans doute été formé dans l’atelier du PÉRUGIN (Il Perugino. « celui de Pérouse »). Il assimile et domine très vite la manière de peindre de son maître. Lorsqu’il s’inspire d’un tableau du Pérugin, Le Mariage de la Vierge, un sentiment nouveau de l’espace montre l’originalité et la maîtrise du jeune artiste.

En 1504, Raphaël arrive à Florence. Il y fait la connaissance de Léonard de Vinci, à qui il porte une admiration sans borne, et celle de Michel-Ange, dont il devient très vite le rival. Il travaille avec acharnement, dessine, étudie l’anatomie, s’exerce à rendre le modelé du corps humain et son volume dans l’espace. Sa jeunesse, sa beauté, sa nature aimable lui assurent la protection de personnages riches et influents.



Pour eux, il peint des Madones ou des Saintes Familles : la Vierge et l’Enfant Jésus, réunis dans le cadre bien organisé du tableau, parcourent toute l’œuvre de Raphaël. Il en peint une cinquantaine. Pour chacune d elles, il renouvelle la composition, ajoute le petit cousin Jean (p. 141), ou Joseph, le père adoptif. Dans un jardin, ou dans l’intimité d’une maison, il donne un visage à l’amour maternel et à la tendresse. Madone du Grand- Duc ou Madone à la chaise (elles portent les noms de ceux qui les ont commandées ou d’un détail). Ces tableaux atteignent souvent la perfection. Dans l’équilibre des formes, la beauté des visages et la délicatesse des ombres qui les entourent.

En 1508 le pape Jules II invite Raphaël à Rome. Ce pape ambitieux veut restaurer la puissance de l’Église et son autorité. Pour ce grand programme de renouveau, il a confié à l’architecte Bramante les travaux de la nouvelle basilique Saint-Pierre et à Michel-Ange les fresques de la voûte de la chapelle Sixtine. Raphaël, lui, est chargé de décorer les chambres (en italien stanze) du palais du Vatican. Ce vaste programme de décoration se poursuit jusqu’à la mort du peintre en 1520.

Dans la première, la chambre de la Signature (à l’origine la bibliothèque secrète du pape), il peint sur chaque mur de grandes fresques, La Dispute du Saint Sacrement, L’Ecole d’Athènes, Le Parnasse et Les Vertus. Chacune d elles est là pour représenter le Vrai, le Bien et le Beau, réunis en de grandes assemblées de saints, de philosophes, de savants et de poètes de tous les temps.

Entre 1511 et 1514. il est chargé d’une nouvelle série de décorations pour la chambre d’Héliodore. Ici les fresques rappellent l’histoire de l’Eglise. Héliodore est chassé du Temple et saint Pierre est délivré dans sa prison par un ange de lumière. Dans la troisième chambre, l’incendie du Borgo à Rome au IX’ siècle, miraculeusement arrêté par le pape, est animé par la puissance et la force des acteurs du drame.

Le riche banquier Agostino Chigi est un admirateur de Raphaël. Il lui commande pour sa villa Farnesina, au bord du Tibre, un ensemble de fresques qui montre Galatée, belle divinité de l’Antiquité, traversant les Ilots, tirée par des dauphins fougueux, dans une composition parfaite où les formes sinueuses et les arabesques animent la beauté des corps nus de> dieux et des déesses.,Chargé de décorer leurs chapelles ou leur palais, il est aussi le portraitiste des plus grands.

Il met au service de son inspiration une technique parfaite. Toute la puissance des personnages est contenue dans la noblesse et l’autorité du pape Jules II, dans la beauté infinie de La Donna relata (la dame voilée) ou dans l’intelligence et le raffinement de l’ami Balthazar Castiglione.   À la mort de Bramante, Raphaël est nommé architecte de Saint-Pierre et des palais du Vatican, puis chargé de diriger les fouilles à Rome. Sa gloire dépasse les frontières de  l’Italie.

Pour mener à bien tous ces travaux, il s’entoure d’élèves qui travaillent avec lui dans son atelier. Dans  un prodigieux effort de création, il invente à chaque commande des formes nouvelles, des volumes aux constructions puissantes et aux couleurs intenses et raffinées. Pour François I, il peint La Grande Sainte Famille, pour le cardinal Giulio de Medici La Transfiguration. Haut de plus de quatre mètres, ce tableau marque l’aboutissement des recherches de l’artiste. Les volumes semblent jaillir de la toile, les visages des hommes sont marqués par la peur de la mort et par l’espoir. Commencé en 1516, ce tableau est presque achevé lorsque Raphaël, saisi d’une fièvre violente, meurt subitement en 1520: le tableau est resté à Rome .

Vidéo : L’Art : Raphaël Raffaello Sanzio, dit 1483-1520 Peintre

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’Art : Raphaël Raffaello Sanzio, dit 1483-1520 Peintre

https://www.youtube.com/watch?v=Cu8rjQ4XIaA

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles