/*

Le vêtement : Les poils d’animaux

Vous êtes ici : Accueil » Couture et haute couture » Le vêtement : Les poils d’animaux

[tab:ARTICLE]vêtement-les-poils-d-animauxDe tout temps, les hommes ont utilisé les poils d’animaux vivant dans leur contrée. En règle générale, ils sont employés dans le vêtement en mélange avec de la laine ou avec des fibres modernes. L’industrie de la transformation des poils d’animaux est ancienne, on en trouve déjà des traces sous François Ier.

L’angora

□Les poils d’angora utilisés pour les vêtements sont issus de la variété de lapins Rex, originaire d’Asie mineure, dont le poil peut être gris clair, roux ou blanc, et d’une longueur comprise entre 6 et 15 cm.

Un lapin angora peut donner, en période de mue, jusqu’à un kilo de poils par an. Ils sont ramassés après une épilation spéciale. Celle-ci peut être manuelle, avec un peigne, ce qui donne des poils doux et brillants, ou faite au rasoir, ce qui donne des poils de qualité inférieure.

Ces poils sont utilisés pour les laines à tricoter et les tissus en imitation fourrure (astrakan). Outre la laine, les poils sont aussi mélangés avec des matières plus modernes (Rhovyl’éco).

Le cachemire

□ Le cachemire est une chèvre qui vit sur les hauts plateaux de Mongolie et de l’Himalaya dans le Cachemire. Sa toison est composée de poils très fins (de 12 à 30 ùm). Les fibres sont soyeuses, brillantes et élastiques, allant du gris au blanc.

□ Les chèvres ne sont pas tondues, mais peignées pour les épiler. On récupère même les poils laissés par les animaux dans les broussailles pendant leurs déplacements. Un animal ne fournit que 100 à 150 g de poils par an.

□ Le cachemire chinois est réputé avoir des poils plus soyeux ce qui le rend plus plus cher que son homologue iranien.

□ Jusqu’au xixe siècle, le cachemire a été employé pour faire des chales. De nos jours, il sert pour la fabrication de tissus de luxe et de tricots très doux et chauds.

Les poils de chameau

□ Les poils du chameau tombent au printemps. Ils sont détachés par peignage. Chaque animal produit environ 7 kg de poils par an, de couleur brun-fauve. Son pelage comporte une part de poils longs et irréguliers, peu souples, pour des tis­sus cardés, et une part de fibres plus courtes, au toucher très doux, pour des tis­sus très fins.

L’alpaga

□ Le mot « alpaga » vient du quechua, langue amérindienne parlée au Pérou et en Bolivie. C’est un animal domestique ruminant de la famille du lama. Sa toison est très douce, fine et les poils moelleux mesurent de 15 à 20 cm de longueur. Il fournit de 2 à 3 kg de poils par an.

□ L’alpaga est en usage dans la bonneterie de luxe. Le terme alpaga désigné égale­ment un tissu mélangé, autrefois à base de poils d’alpaga et qui peut maintenant être réalisé en soie.

Le mohair : chèvre ou lapin ?

Le mohair vient d’un terme anglais dérivé de l’arabe mukhayyar. La fibre de mohair provient du poil de chèvre angora et non du lapin. Originaire de Ja province turque d’Angora, cette chèvre est également élevée en Afrique du Sud et aux États-Unis. La matière textile issue de son pelage est fine, douce et soyeuse. Elle possède un brillant naturel et une excellente affinité tinctoriale, qui lui permet de prendre toutes les couleurs. Mais le mohair est surtout connu pour ses fibres aux poils longs et chauds. Employé pur ou en mélange avec des laines de diverses origines, le mohair est surtout utilisé pour des pulls en maille ou des vêtements de luxe.

[tab:VIDEOS]

Vidéo : Le vêtement : Les poils d’animaux

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Le vêtement : Les poils d’animaux

http://www.youtube.com/watch?v=scfXMeyjQ6Q [tab:END]

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié