Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

L’Art carolingien

Vous êtes ici : » » L’Art carolingien ; écrit le: 22 mars 2012 par La rédaction

L’Art  carolingien

Après des siècles marqués par les invasions, Charlemagne restaure I ordre impérial romain en menant une politique d unification de l’Europe, qui le conduit à Rome, le jour de Noël de I an 800, pour y être sacré empereur par le pape. Chef politique, militaire et spirituel, vicaire de Dieu sur terre, Charlemagne réussit, durant son règne, à réformer la vie intellectuelle, artistique et religieuse.



L’adoption de la liturgie romaine, imposée dès 754 par son père, Pépin le Bref, et les liens tissés avec le pape pour défendre Rome, siège de la chrétienté. Amenèrent l’empereur à retrouver la pureté de la foi chrétienne et un mode de vie conforme à ses règles.

La chapelle « du Palais »

La fin du VIIIe siècle et le IX* siècle furent particulièrement féconds en créations architecturales. Avec le renouveau économique qui marque le règne de Charlemagne, les chantiers, financés par les princes de la cour impériale et par l’élite cultivée, se multiplient. Comme ses prédécesseurs, Charlemagne est un roi nomade qui se déplace de palais en palais. Séduit par les exemples de Rome et de Byzance, il décide, vers 790, de se faire construire une résidence, une capitale nouvelle, à Aix-la-Chapelle, en Allemagne. Son biographe explique le choix de cette ville, réputée pour ses eaux depuis 1 époque romaine : « 11 aimait aussi les eaux thermales, où il se livrait souvent à la natation; il y était si fort que personne ne pouvait l v surpasser. C’est pourquoi il construisit un palais à Aix et y demeura constamment ses dernières années, jusqu’ à son décès. »

Les travaux commencèrent vers 790. La chapelle fut consacrée en 805. Elle constitue la partie essentielle et le véritable centre du palais, qui abritait des constructions résidentielles, administratives, juridiques, économiques et religieuses. De la salle royale, l’empereur accédait à sa chapelle, précédée d’un atrium à l’antique, par un long couloir traversant à mi-chemin une porte monumentale. Ce couloir débouche dans le lieu saint, au premier étage, où se trouve le trône de Charlemagne, installé là pour suivre le déroulement du culte.

L’architecte s’est inspiré de la basilique San Vitale de Ravenne, de son plan en forme de rotonde (appelé plan centré) et de ses tribunes. Mais en 1 adaptant aux besoins de la Cour, au goût de l’époque et à son propre génie, il fit de cette chapelle palatine le symbole de l’empire.

Vidéo : L’Art carolingien

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’Art carolingien

https://www.youtube.com/watch?v=kzpgAjG2ZMg

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles