L’Art : la maison pompéienne

> > L’Art : la maison pompéienne ; écrit le: 26 mai 2012 par La rédaction

Le 24 août 79, une éruption du Vésuve détruisait Pompéi, l’ensevelissant sous des mètres cubes de cendres et de pierres. Des fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour les vestiges remarquablement conservés de cette cité redécouverte par hasard en 1748. Témoignage unique sur la vie quotidienne des anciens Romains.

Comptoir grec dès le VIIe siècle avant J.-C., devenue colonie romaine vers 80 avant J.-C., Pompéi fut le lieu de villégiature privilégié des Romains. La maison pompéienne, organisée comme une unité autonome, est marquée par un souci prononcé du confort et de l’ intimité.

L’atrium est une grande cour carrée, isolée de la rue par un vestibule et ouverte en son centre sur un bassin où sont recueillies les eaux de pluie. Le toit à quatre pentes inclinées vers l’intérieur est soutenu par des colonnes. La famille se réunissait là auprès du foyer et de ses dieux lares, les divinités domestiques ; mais, très vite délaissé, l’atrium se limite ensuite à sa fonction de puits de lumière et d’aération. Donnant sur l’atrium, le tablinum fait à l’origine fonction de salle à manger et de chambre à coucher puis devient la partie publique de la maison, là où le maître reçoit et traite ses allai t es. A I arrière se situe le jardin, précédé par un portique. Devant l’atrium, côté rue, s ouvrent les boutiques où les affranchis – les esclaves rendus libres – vendent les nombreux produits récoltés ou fabriqués sur le domaine du propriétaire.

C’est dans le péristyle, lieu de loisir et de détente, que se trouvent les appartements. Dans les chambres, des sortes d alcôves fixent l’emplacement des lits. La salle à manger, ou triclinium, s’enrichit de lits pour manger allongé, suivant la tradition grecque. Au-delà du péristyle, l’exèdre, de plan rectangulaire ou circulaire, constitue un salon d apparat. Un

Étage pour les chambres surmonte parfois la maison. À l’écart des pièces d’habitation, on trouve la cuisine avec son foyer fixe, les latrines et des débarras. Le bain se compose d’une salle tiède (tepidarium) et d’une salle chaude (caldarium) avec baignoire, ainsi que d’un bassin pour le bain froid (frigidarium). Les maisons pompéiennes sont richement décorées. Des mosaïques couvrent les sols en imitant des peintures murales. Celles-ci sont remarquables. Elles sont classées en quatre groupes, qu’il est convenu d’appeler des « styles » ; de 80 avant J.-C. jusqu’au milieu du r siècle après J.-C., elles passent des décors monumentaux et géométriques imitant les marbres précieux aux tableaux raffinés, où l’imaginaire et la fantaisie prédominent.

Vidéo : L’Art : la maison pompéienne

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’Art : la maison pompéienne

← Article précédent: Diderot : Peinture, morale et politique Article suivant: Art numérique, Net art


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site