➔ ARTS ET DECORATION

L’Art : Titien Tiziano Vecellio, dit 1488 ou 1490 – 1576 Peintre

Vous êtes ici : » » L’Art : Titien Tiziano Vecellio, dit 1488 ou 1490 – 1576 Peintre ; écrit le: 31 mars 2012 par La rédaction



Titien passe sa jeunesse à Venise. Après son apprentissage chez Giovanni Bellini. il entre dans l’atelier de Giorgione, son véritable et principal maître. À la mort de celui-ci en 1510. Titien reprend ses œuvres inachevées avec une telle aisance que ces tableaux sont difficiles à attribuer à l’un ou à  l’autre. Le génie de Titien s’exprime très tôt par des formes généreuses, des couleurs somptueuses, un espace baigné d’une lumière radieuse.

Avec L’Amour sacré et l’Amour profane, ou le portrait de Flora, Titien, par la richesse de la couleur, exprime avec un classicisme parfait la sensualité et la vitalité du  nu féminin. À la mort de Giovanni Bellini, en 1516, il peut régner en maître sur la peinture vénitienne.

Il ouvre alors un atelier et reçoit, en 1518, sa première commande importante pour l’église des Frari (« les Frères ») à Venise : L’Assomption. En s’inspirant aussi bien de Raphaël que de Michel-Ance, Titien raconte avec une fougue et une vitalité impressionnantes le miracle de la Vierge montant aux cieux, dans une atmosphère baignée de couleurs somptueuses. Les commandes de tableaux religieux se succèdent. Il peint la résurrection du Christ, saint Christophe ou saint Sébastien; de nombreuses Madones, comme La Vierge au lapin, où les figures et le paysage s’unissent dans la lumière île l’après-midi, donnant une dimension nouvelle à ce thème de la Vierge à l’Enfant.

A partir de 1520, Titien commence à travailler pour les princes des cours italiennes, et se révèle un portraitiste exceptionnel. Dans une lumière chaude, il traduit avec finesse la psychologie de ses modèles, comme celle de L’Homme au gant (1523-1524), ou de La Bella (1536). En 1530, il rencontre pour la première fois, à Bologne, l’empereur Charles Quint. Les portraits qu’il va faire de lui et des grands de ce monde – Isabelle. d’Este, le Duc d’Urbino. François I ” – répondent à leur goût du faste et expriment à la perfection leur majesté et leur grandeur. La Vénus d’Urbino (1538), au modelé délicat et à la pose élégante, est une étape importante clans la carrière de Titien, qui atteint ici F idéal de la beauté et de l’harmonie.



C’est à cette époque que la peinture maniériste l’influence; il est impressionné par la tension et la force qui l’animent, et cherche à exprimer le drame humain avec une forme plus libre et vigoureuse et des compositions très élaborées. Dans ses portraits du pape Paul III (1546), du doge

Andréa Gritti ou de Charles Quint à cheval (1548), le caractère et la personnalité de ses modèles s’imposent avec une force nouvelle.

A partir de 1551, Titien ne quitte plus Venise. Son activité est intense, il exécute avec l’aide de son atelier de nombreuses commandes pour les églises ou des scènes mythologiques pour les cours royales. Après la Vénus au miroir qu’il a peinte, vers 1550, pour Philippe II d’Espagne, il représente Danaé, puis Vénus et Adonis, dont il fit par la suite de nombreuses versions.

Il élabore un nouveau style, celui de sa dernière période. Les mouvements sont agités, les effets de lumière grandioses. Le sens de la réalité devient plus intense mais aussi plus dramatique, dans des thèmes comme La Mise au tombeau, Le Couronnement d’épines ; l’atmosphère y est sombre, et les personnages traités en touches rapides sortent de l’ombre, éclairés par les lueurs rougeoyantes des torches ou des flammes.



Titien travaille la couleur en touches rapides, épaisses, n’hésitant pas à se servir de ses doigts, à la place des pinceaux, pour retoucher sa toile. Il crée le mouvement et donne l’illusion de la vie, comme dans la violente scène qui oppose Tarquin à Lucrèce ; avec ce pouvoir dramatique des couleurs. Titien se fait visionnaire quand il peint Le Supplice de Marsyas, où la couleur pourpre dégouline du corps supplicié.

La grande composition qu’il destinait à son tombeau, la Pietà, est inachevée lorsqu’il meurt de la peste en 1576. Elle est le dernier message désespéré et troublant de l’artiste, dont l’œuvre gigantesque résume à elle seule toute la Renaissance .

Vidéo : L’Art : Titien Tiziano Vecellio, dit 1488 ou 1490 – 1576 Peintre

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’Art : Titien Tiziano Vecellio, dit 1488 ou 1490 – 1576 Peintre

https://www.youtube.com/embed/FlgGNm7UMpI

← Article précédent: Manet Edouard 1832-1883 Peintre Article suivant: L’Art : Renoir Pierre-Auguste 1841-1919 peintre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles