L’empathie (l’einfuhlung)

> > L’empathie (l’einfuhlung) ; écrit le: 29 mai 2012 par La rédaction


Worringer

Wilhelm Worringer (1881-1965) poursuit le travail de Riegl. Les formes évo­luent. « Ce qui nous apparaît aujourd’hui comme la pire déformation, écrit-il,n’est pas l’effet d’un pouvoir déficient, mais d’un vouloir orienté de façon différente du nôtre » (Abstraction et Einfühlung, 1908, voir extrait en fin de j chapitre). Il utilise le terme d’Einfühlung (« empathie ») pour désigner la « jouis­sance objective de soi », un rapport heureux que l’art permet d’établir avec te monde. L’attitude inverse est « le dessaisissement de soi » ou « abstraction », comme aspect « transcendantal de toutes les représentations ». Cette abstrac­tion se manifeste à toutes les époques, mais surtout dans les cultures primitives, tandis que Y Einfühlung, en tant que relation privilégiée, est suscitée par la j tendance figurative.

Vidéo : L’empathie (l’einfuhlung)

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’empathie (l’einfuhlung)

https://www.youtube.com/embed/We5LhvvSgL4

← Article précédent: La Science “Mise en Art” Article suivant: Une histoire de l’art sans nom


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site