Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

L’Art baroque

Vous êtes ici : » » L’Art baroque ; écrit le: 26 mai 2012 par La rédaction

L’Art baroque

Le mot « baroque » provient d un terme portugais, barroco, qui désigne une perle irrégulière. Il signifie donc du contraste, de l’audace, du naturel, une plus grande liberté et, selon certains, de l’incohérence, par rapport à la Renaissance – aux formes équilibrées et symétriques – à laquelle il succède.



L’architecture baroque

Après les troubles du Grand Schisme, qui a coupé en deux le monde chrétien, le Concile de Trente se réunit en 1545 à la demande du pape Paul III afin de discuter, au cours de plusieurs cessions qui se tinrent jusqu’en 1563, des points essentiels du dogme catholique et de procéder à une réforme de l’Église romaine. Le concile réaffirme la vénération des images et privilégie une religion sensible. Le style baroque, qui envahit l’Europe de la fin du XVIe siècle jusqu’au début du XVIIIe siècle, fait partie de cette reconquête de la foi catholique et de son désir d’aider le fidèle en le faisant participer au rituel du culte. D où une manière nouvelle de concevoir les églises et leur environnement. Cette préoccupation s étend à l’architecture civile, à travers laquelle les monarques se montrent également soucieux de mettre en scène leur pouvoir. Des architectes comme Michel-Ance et Vicnole avaient préparé le changement en introduisant une dimension pathétique et grandiose dans leurs constructions.

L’architecture religieuse

Le mouvement baroque part de Rome, capitale du monde catholique. C’est le lieu de séjour privilégié de tous les artistes, là où les cours d’Europe peuvent faire appel aux architectes romains. Rome devient la capitale du baroque, dont les édifices servent de modèles. La cité est redessinée afin de relier les principaux lieux religieux à la basilique Saint-Pierre et de permettre la circulation des nombreux pèlerins, comme leur instruction. La basilique Saint-Pierre est achevée, et les aménagements conçus par l’architecte et sculpteur Bernin sont exemplaires du nouveau langage baroque.

A F extérieur, F architecte a dessiné une grande place, s ouvrant sur une avenue et bordée d’une quadruple colonnade. Ce lieu devient le théâtre de l’autorité papale, la prolongation vers l’extérieur de la première église catholique. À l’intérieur de Saint-Pierre, Bernin a recomposé un décor de marbres et de bronzes dorés d’une grande richesse. L’autel, placé sous un baldaquin (p. 179) composé de quatre colonnes torses, et la chaire de saint Pierre entourée de quatre grandes statues, aboutissement du parcours du pèlerin, ont fortement été mis en évidence. La volonté de faire participer le fidèle, d’ouvrir l’église au plus grand nombre, se retrouve dans tous les édifices baroques.

Rival de Bernin, Francesco Borromini invente un langage décoratif mais surtout architectural encore plus audacieux. Les façades des églises Saint-Charles-aux-Quatre-Fontaines et Sainte-Agnès, l’élévation intérieure de Saint- Yves, par leur subtil jeu de courbes et de contre-courbes, introduisent une nouvelle notion de mouvement. Celle-ci devient lune des composantes du style baroque, comme dans les réalisations du Turinois Guarino Gua- rini : architecte savant, il aime tout particulièrement les lignes et les volumes sinueux, les matériaux riches et somptueux. Il eut une grande influence à l’étranger et contribua à propager le baroque hors de Rome.

L’architecture civile

Le prince partage le souci de représentation du pape et de l’Eglise. A l’image de Rome, les villes sont redessinées pour devenir le théâtre de leur pouvoir. Ainsi, en France, des places sont créées dans les grandes villes. L’ordonnance classique se laisse gagner par le jeu des décrochements de l’architecture romaine, comme la place des Victoires et la place Vendôme, de Hardouin-Mansart, à Paris.

On assiste en Italie, en France, puis dans le reste de l’Europe à la création du palais- jardin, combinaison de la résidence de ville et de la résidence de campagne. Le palais Barbe- rini, à Rome, commencé par Maderno et Borromini, est achevé par Bernin. Le palais de Versailles, réalisé par Le Val et agrandi par Hardouin-Mansart, en est l’aboutissement. Il renoue cependant avec le dessin classique, qui demeure l’une des composantes de I adaptation du baroque à la France. La construction de la façade est du palais du Louvre en est un bon exemple. Après avoir été tenté par les projets de Bernin, Louis XIV choisit celui que lui présentent trois Français : le théoricien Claude Perrault, l’architecte Louis Le Vau et le peintre Charles Le Brun. Ils élèvent une immense colonnade, très novatrice, baroque dans ses proportions et ses rythmes, mais aux lignes et aux volumes d un grand classicisme.

Le baroque en Europe

Plusieurs pays d Europe répondent à l’impusion de l’architecture romaine et développent leur propre style baroque. Au Portugal, le style manuélin est très décoratif ; en Espagne, il donne naissance, à la fin du XVIIe siècle, à un style surchargé. Dans l’Europe centrale, en Bohême, où les contacts sont étroits avec l’Italie, en Autriche, où les créations de l’architecte Fischer von Erlach sont grandioses, en Allemagne ou en Suisse, de nombreuses églises et palais cultivent l’élégance des volumes et des décors: au XVIIIe siècle, se développe le style rococo, en harmonie avec la vie de Cour luxueuse et raffinée. Enfin, l’Amérique latine, sous 1 influence des Jésuites, verra également I édification d églises baroques.

Vidéo : L’Art baroque

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’Art baroque

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles