L’encadrement

> > L’encadrement ; écrit le: 29 mars 2012 par La rédaction modifié le 8 février 2019

L’encadrement:

Le cadre isole le tableau de son environnement et matérialise les limites de la surface peinte. L’encadrement met en valeur une peinture et assure sa protection. Chaque cadre, d’origine ou non, témoigne à lui seul du goût et du sens esthétique d’une époque donnée.

Un encadrement adapté:

Chaque encadrement est une création. Le résultat dépend du support : nature et taille ; du sujet lui-même : couleurs, style, époque, technique employée ; du voisinage éventuel d’autres cadres et du lieu auquel il est destiné.
Les pastels, fragiles, exigent un verre de protection et un espace de 2 ou 3 mm (entre le verre et le pastel) qui les préserve de tout frottement susceptible de les endommager ; il en est de même pour l’aquarelle, un retrait évite l’effet d’écrasement.

La peinture à l’huile et l’acrylique ne nécessitent pas la présence d’un verre. Un cadre suffit à leur présentation et à la protection des parties faibles que sont les angles. Un support carton ou bois sera moins vulnérable qu’une toile lors d’une mauvaise manipulation.

Les éléments à respecter:

L’encadrement est destiné à présenter une peinture mais également à la protéger. On doit éviter toute exposition au soleil (ou à la lune), qui altère les coloris, y compris les plus stables. Les peintures exposées ainsi perdent leur éclat.
On ne recoupe jamais un support, quel qu’il soit (réduction, mise à Péquerre, etc.). L’œuvre y perdrait de sa valeur.
La marge, marie-louise ou passe-partout, n’obéit à aucune règle précise sinon au plaisir de l’œil. En général, plus le sujet est petit, plus le passe-partout est important. Un sujet de moyenne taille (entre 20 et 50 cm) se satisfait d’une marge de 13 à 15 cm ; celle du bas, appelée talon ou marge en pied, semble toujours plus étroite par effet d’optique : une correction de 1 ou 2 cm lui apportera l’élégance visuelle.
La signature de l’artiste, quand elle existe, est laissée apparente, même si elle pose un problème d’encadrement, en figurant, par exemple, au bord du châssis.

 Matériel utilisé dans la confection d’un encadrement:

Le cadre délimite l’espace de la peinture. Il peut être inclus dans l’œuvre (retables), sculpté, orné de perles et cannelures, réalisé en bois, en plâtre peint ou doré, en baguettes de métal, voire absent, selon la volonté de l’artiste (option fréquente de nos jours).

La marie-louise est un cadre (plat) dans le cadre, utilisé avec les toiles sur châssis. Le passe-partout, carton de couleur contrecollé, autorise la création d’une fenêtre à biseaux (bord blanc taillé à 45° dans l’épaisseur du passe-partout) qui donne de la profondeur.
Le verre de protection peut être minéral ou synthétique. Les verres anti-reflets sont plus légers, mais écrasent l’image et attirent la poussière. Avec une boîte à onglets (boîte prédécoupée) et une scie à dos, on scie des moulures à 45°. La presse à feuillard, ruban métallique, assure le serrage des baguettes pendant le collage.

la réalisation d’un encadrement:

Réalisation d’un encadrement simple:

1.    Choisir la surface à laisser apparente (fenêtre). En prendre les mesures et choisir la largeur des marges.
2.    Ou déterminer les dimensions du passe-partout : hauteur et largeur de la fenêtre augmentées de celles des marges.
3.    Une fois taillé, poser à l’envers le passe-partout, tracer au dos les extrémités de la surface à évider plus 1 cm. Poser une règle plate sur le trait et la tenir fermement à l’extérieur. À l’intérieur, ouvrir la fenêtre à biseaux à l’aide du cutter. Le rectangle se détache, laissant apparaître un biseau blanc.
4.    Sur le carton de fond, choisi en qualité « bois blanc » pour sa bonne résistance aux déformations (ne se gondole pas aux variations d’humidité), fixer l’attache et le sujet à encadrer à l’aide d’une bande gommée (en haut et sur quelques millimètres seulement).
5.    Positionner le passe-partout, le verre, puis le cadre.
6.    Retourner l’ensemble et terminer par la pose d’un ruban kraft. La bande gommée se colle tout autour, à cheval sur le cadre et le carton de fond. Elle assure une fermeture de l’encadrement relativement hermétique et le préserve de la poussière et des insectes.

Les cadres et sous-verres prêts à monter:

–    Cadres en kit : baguettes vendues par deux, avec système de clips qui bloque les angles (longueurs des baguettes au choix).
–    Cadres complets proposés en différentes tailles, moulures bois naturel ou peint.
–    Sous-verres simples, sans cadre, composés d’un carton et d’un verre minéral ou synthétique : toutes tailles, serrage de l’ensemble à l’aide de clips ou de pinces métalliques.

Vidéo : L’encadrement

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’encadrement

← Article précédent: Le pochoir Article suivant: L’Art : Monnet Claude 1840-1926 peintre


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site