Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
ARTS ET DECORATION

Les mouvements dans la peinture : Réalisme

Vous êtes ici : > Peinture > Les mouvements dans la peinture : Réalisme

Les mouvements dans la peinture Réalisme - Les mouvements dans la peinture : Réalisme

CONTEXTE

Gustave Courbet, personnalité majeure du réalisme, adopte ce terme en 1855 pour désigner un style de peinture né en France après la révolution de 1848. Le courant s’étend en Europe jusqu’à la Russie et débouche sur une mode de la scène anecdotique et pittoresque, jusqu’à la fin du xix’ siècle.

Le réalisme rejette l’inspiration imaginaire du romantisme ( RO­MANTISME) et le formalisme académique. Les peintres n’imposent ni une théorie esthétique ni un style homogène, mais une vision objective et simple de la vie contemporaine accessible à tous. La peinture, porteuse d’un élan socialisant et humanitaire parfois engagé, reçoit un mauvais accueil. Les milieux de l’art officiel du second Empire récusent ce défi lancé à la peinture d’histoire et jugent vulgaires toutes ses créations.

CARACTÉRISTIQUES

Les grands formats, réservés jusqu’ici à la peinture d’histoire, présentent les scènes de la vie contemporaine : les réalistes confèrent une dignité nouvelle aux thèmes considérés comme subalternes dans la hiérarchie des genres. Le travail moderne, la vie quotidienne, la nature morte, le paysage et le portrait prennent une force authentique.


Les peintres donnent une valeur expressive au dessin par la simplification et la stylisation. Le sujet est éclairé par une source lumineuse d’atelier, provenant en général d’en haut à gauche, et le tableau s’élabore, selon la tradition, des couleurs sombres vers les couleurs claires. Il se charge d’ombres épaisses et sombres et révèle des couleurs brouillées et terreuses. La facture, sans contrainte, fait apparaître une pâte savoureuse et souvent épaisse.

ARTISTES

France

Honoré Daumier

(1808-1878) aborde la satire politique et sociale et peint les gens du peuple avec une sensibilité romantique.

Jean-François Millet

(1814-1875) issu d’une famille de paysans normands, peint la vie rude des champs avec franchise et poésie au point d’émouvoir quelques critiques. Il choisit le petit format de la scène de genre pour présenter une vie des champs sans âge. À côté d’une production académique et pittoresque, Jean-Louis Ernest Meissonier (1815-1891) adopte un style libre dans les œuvres de petit format.

Gustave Courbet

(1819-1877) réunit les réalistes autour de lui à la brasserie Haute feuille. Il  hisse le quotidien à la peinture d’histoire avec un réalisme parfois brutal. Les nus comme les paysages, peints avec bravoure et des épaisseurs de matière picturale, révèlent sa connaissance des maîtres du passé étudiés au Louvre (Titien).

Rosa Bonheur

(Marie-Rosalie, dite Rosa, 1822-1899) se spécialise les scènes campagnardes avec des animaux. Les peintres américains James Mac Neil Whistler (1834-1903j. De Courbet, partage sa carrière entre Londres et la France et soumet es thèmes réalistes au jeu des harmonies de tons.

Espagne

Le COSTUMBRISMO désigne la peinture et la littérature ayant trait aux coutumes, qui se développe en Espagne, surtout à Séville, entre 1830 et la fin du siècle, José Domingues Becquer (1810-1841) et son fils Valeriano (1834-1870) illustrent ce style entre romantisme et réalisme.

Pays-Bas

L’ÉCOLE DE LA HAYE prolonge l’école de Barbizon de 1870 à 1890 environ, par son désir de traduire une atmosphère vraie. Les paysages et les scènes intimes, d’une grande qualité plastique, se chargent d’une poésie sincère, Jozef Israels (1824-1911) et Jacob Maris (1837-1899) sont les plus importants représentants de cette école.

Russie

En 1870, le groupe des PEREDVIJNIKl, « AMBULANTS », ainsi nommé en raison des expositions itinérantes qu’il organise, compte Ilia lefi- movitch Répine (1844-1930) parmi ses membres.

ŒUVRES

Un enterrement à Ornans

Courbet, 1849-1850, musée d’Orsay, Paris.

Le Labourage nivernais

Rosa Bonheur, 1849, musée d’Orsay, Paris.

La Barricade, Meissonier, 1849, musée d’Orsay, Paris.

La Rencontre

dite aussi Bonjour Monsieur Courbet !, Courbet, 1854, musée Fabre, Montpellier.

Les Glaneuses

Millet, 1857, musée d’Orsay, Paris.

Le Pêcheur noyé

Israels, 1861, Tate Gallery, Londres.

La Blanchisseuse

Daumier, vers 1863, musée d’Orsay, Paris.

Bateliers de la Volga

Répine, 1872, Musée russe, Saint-Pétersbourg.

Vidéo : Les mouvements dans la peinture : Réalisme

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les mouvements dans la peinture : Réalisme

https://www.youtube.com/watch?v=3X9OVhoarYU

← Article précédent:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Autre Top Articles