➔ ARTS ET DECORATION

L’Art : La Tour Georges de 15 9 3-1652 Peintre

> > L’Art : La Tour Georges de 15 9 3-1652 Peintre ; écrit le: 29 mars 2012 par La rédaction


Georges de La Toi r est né à Vic-sur-Seille en Lorraine, en 1593, dans une famille de boulangers. On ne sait rien de sa formation de peintre, mais il a dû bénéficier, pour son art, du foyer artistique brillant de cette région. Il a probablement étudié en Italie l’œuvre de peintres renommés, comme Caravage. Il se marie à vingt-six ans avec une riche jeune fille de Lunéville où il s’installe l’année suivante. Son talent de peintre est très vite reconnu. Dès 1623, le duc de Lorraine lui achète des peintures à un très bon prix.

En 1638, il se rend sans doute à Paris et offre à Louis XIII un tableau aujourd’hui disparu, Saint Sébastien soigné par Irène. Le roi lui accorde le titre de peintre officiel, et accroche dans sa chambre ce tableau qu’il aime tellement. Mais Georges de La Tour choisit de vivre à Lunéville, dans cette ville où il sait qu’il est le seul artiste reconnu. De plus, malgré sa cupidité et son arrogance, il a su se faire accepter par l’aristocratie régionale.

Sa peinture   vend très bien et décore les granas intérieures bourgeois et les églises. Sa production est importante, il amasse très vite une réelle fortune. Aujourd’hui, seule une quarantaine de tableaux ont survécu aux désastres qui ont bouleversé la Lorraine en 1638. La Tour meurt de la peste en 1652.

Il s’était imposé dès ses premiers tableaux, par des scènes où brillent la lumière du jour, les couleurs vives et étincelantes, les broderies chatoyantes. Des jeunes gens trichent en jouant aux cartes, une vieille femme ridée conte la bonne aventure.


Les tableaux de nuit, réalisés le plus souvent après 1640, sont éclairés par la flamme d une bougie. Ce sont presque toujours des scènes religieuses. Le peintre supprime les détails, l’architecture, le paysage. Seuls comptent les visages aux regards baissés, les personnages immobiles et silencieux. Près de l’enfant nouveau-né, ils sortent à peine de 1 ombre; Madeleine, sa longue chevelure défaite, songe à la mort : le pauvre Job se fait réprimander par sa femme dont l’immense silhouette envahit le tableau.

La lumière de la flamme dessine les volumes et les simplifie par de larges touches de couleur chaude. D’une apparente simplicité, l’œuvre de Georges de La Tour offre à la lumière une place exceptionnelle. C’est elle qui crée le mystère et contribue à donner une dimension spirituelle à ses tableaux

Vidéo : L’Art : La Tour Georges de 15 9 3-1652 Peintre

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’Art : La Tour Georges de 15 9 3-1652 Peintre

https://www.youtube.com/embed/amUahbqg9GE


← Article précédent: L’Art : Klee Paul 1879-1940 Peintre Article suivant: Les nuances de la couleur


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles