Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

L’Art : Tiepolo Giambattista 1696-1770 Peintre

Vous êtes ici : » » L’Art : Tiepolo Giambattista 1696-1770 Peintre ; écrit le: 30 mars 2012 par La rédaction modifié le 23 octobre 2018

L'Art : Tiepolo  Giambattista  1696-1770  PeintreNé à Venise en1696, Giambattista Tiepolo, après quelques années cl apprentissage, et des premiers tableaux aux couleurs violentes et contrastées, se révèle, dès 1725, dans les grandes décorations de palais vénitiens. Influencé par le peintre Véronèse, il éclaircit sa palet le : les couleurs deviennent plus lumineuses, comme dans les fresques du plafond du palais Sandi de Venise.

A trente ans, il est invité à Udine pour la décoration de l’archevêché. Dans les escaliers, les salons et les galeries, il déploie alors de grandes fresques illustrant des scènes de la Bible et dévoile toute l’originalité et la nouveauté de son art. Les couleurs, où dominent le bleu, le rose ou le jaune, sont devenues très claires, baignées d une lumière qui semble naturelle. Comme éclairées par le soleil.



Les commandes affluent de toute l’ltalie et de l’étranger. A Milan, à Bergame, à Venise bien sûr. il orne les salles d’habiles trompe-l’œil, cette manière de peindre qui fait croire que des objets, des personnages ou des paysages existent réellement. Dans des architectures qui s’ouvrent sur un ciel clair et lumineux, il crée des espaces imaginaires, comme au palais Labia à Venise. Sur les murs du palais se déroule l’histoire de Cléopâtre, reine d’Egypte transportée dans les décors somptueux de la Venise du XVIIIe siècle.

Il est invité en Allemagne pour décorer le palais de Würzburg avec les scènes de la vie de Frédéric Barbe- rousse, empereur germanique à la légende toujours vivante. Le talent de Tiepolo est prodigieux : il accorde ses peintures au décor doré et somptueux du palais. Dans l’escalier monumental, il représente l’Olympe., la montagne des dieux, où les foules, joyeusement colorées, sont placées de chaque côté du plafond, laissant le ciel vide et baigné de lumière.

De retour en Italie en 1753, inspiré par les poèmes chevaleresques allemands, il orne les murs de la villa Valmarana de sujets poétiques et mythologiques, où la douceur subtile des coloris s’accorde aux épisodes émouvants. Sa manière de peindre est  Légère et délicate, et les compositions ne cessent de surprendre par leur habileté et leur richesse.

En 1762, Tiepotx est invité par le roi d’Espagne Charles III pour décorer de fresques, racontant la grandeur de l’Espagne, le plafond du nouveau Palais royal de Madrid. C’est son dernier voyage. Sa peinture est ici plus solennelle, les compositions restent grandioses, mais la luminosité semble s’atténuer et le ciel se charge de lourds nuages violets.

Maître de l’illusion et de la lumière, du mouvement et de la fantaisie, témoin des dernières splendeurs de la Venise aristocratique, Tiepolo atteint à la perfection dans l’art de la décoration. Son fils, Giandomemco, très marqué par l’influence du père, s’en distingue par une peinture nerveuse et mouvementée, et par un goût satirique pour les scènes de la vie quotidienne .

Vidéo : L’Art : Tiepolo Giambattista 1696-1770 Peintre

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’Art : Tiepolo Giambattista 1696-1770 Peintre

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles