Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

Le morcellement de l’espace public

Vous êtes ici : » » Le morcellement de l’espace public ; écrit le: 25 février 2013 par La rédaction

Le morcellement de l'espace publicLe second obstacle tient à la transposition de ce concept dans le champ de l’urbanisme au cours des années soixante-dix, dont ’émergence est symptomatique d’un mouvement, « le retour à la ville », influencé par les positions théoriques ita­liennes, lié à une lecture historique de la formation de la ville : une position stigmatisée comme « historiciste » car elle s’oppose aux tenants de la tradition « moderniste ». Dans cette perspec­tive, l’espace public désigne des figures urbaines traditionnelles (la place, la rue, etc.). La réhabilitation de leurs formes spéci­fiques, l’étude de leur « sédimentation » a pour destination la

critique des espaces jugés « anhistoriques », « sans limites » et « isotropes » du « Mouvement moderne ». Cette position tend à vider de sa substance politique le concept d’« espace public » ; elle rend l’espace libre urbain (place, rue, etc.) synonyme de la sphère publique politique.



À ces deux premiers obstacles vient s’ajouter un troisième qui est, conséquence de la fortune critique du concept d’espace public, sa révision par Habermas qui, à la suite des critiques et des inflexions portées par les historiens et les anthropologues de la vie quotidienne, lui ont conféré une nouvelle portée scientifique. Ce concept ne figure plus un mode de représentation unitaire et totalisant de la sphère publique mais tient compte des muta­tions des systèmes de représentations actuelles, plus complexes, y substituant « un réseau fragile d’espaces publics pluriels et autonomes, qui n’ouvre à un espace commun, à la conscience diffuse de la communauté, que par les structures de la discus­sion qui lui sont propres » 7. En effet, dans la préface à la nou­velle édition allemande de son ouvrage, Habermas apporte des compléments importants à propos de la formation historique de la sphère publique bourgeoise et de ses transformations struc­turelles. Il constate par exemple que la sphère publique est plu­rielle dès sa formation ; à côté de la sphère publique bourgeoise émerge une sphère publique « plébéienne », sous des formes qui lui sont spécifiques. Il constate également les avancées de la sociologie de la communication dans l’analyse de la réception des contenus médiatiques, dont les conclusions tendent à souli­gner les formes de résistance du public face à cette commu­nication politique médiatique.

.7 C’est ainsi qu’aujourd’hui le concept d’espace public « recouvre à la fois un ou des lieux, un ou des espaces physiques (l’agora, les salons et cafés, les places, le parlement, etc.) et le principe consti­tutif d’une action politique qui s’y déroule, devrait ou pourrait s’y dérouler, action que l’on reconnaît comme démocratique (la délibération en commun opposée au secret, à la raison d’État et à la représentation « louis-quatorzienne » analysée par Louis Marin). Il désigne à la fois des réalités empiriques (la cité-État grecque, la sociabilité bourgeoise du XVIIIe siècle) et une norme qui déborde ces singularités historiques et tend à contester le principe d’au­torité dans toutes les institutions (SIentas non auctoritas facit legem). La notion d’espace public est elle-même érigée en médiatrice entre la société civile et l’Etat, entre la sociabilité et la citoyen­neté, entre le privé et le public, les mœurs et la politique. » Le morcellement de l'espace public

Vidéo : Le morcellement de l’espace public

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Le morcellement de l’espace public

https://www.youtube.com/watch?v=mm0hc-4UD-4

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles