Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

nouveaux matériaux , nouveaux horizons : Une tradition de révolution

Vous êtes ici : » » nouveaux matériaux , nouveaux horizons : Une tradition de révolution ; écrit le: 9 mai 2012 par La rédaction

nouveaux matériaux , nouveaux horizons : Une tradition de révolutionMais quelqu’un peindra-t-il encore dans dix ou vingt ans? Ce n’est pas un art à la mode. Les peintres sont devenus des individus relativement atypiques parmi les candidats au très médiatique prix Turner, remis annuellement en Grande-Bretagne à de jeunes artistes. (Lorsque je me souviens que le premier prix Turner, en 1984, fut attribué à un interprète de stériles — quoique sans doute impeccablement postmodernes — peintures d’un réalisme quasi photographique, je peux me rassurer et me dire que ce n’était pas le test au tournesol de l’art ultime.) Les noms de jeunes peintres pas vraiment nouveaux sont sur les lèvres de chacun [au moins, pas plus de quelques semaines!]. Nous sommes toujours bénis avec notre Frank Auerbach, notre Howard Hodgkins, notre Lucian Freud; mais aurons-nous nos Klee, Goya et autre Raphaël?

Je dois faire attention de ne pas commencer à ressembler à Pline se lamentant sur l’Âge d’or passé, alors que Apelle tenait encore son pinceau. Ou peut-être un Pline à l’envers, déplorant que, de nos jours, peu d’artistes sachent comment utiliser au mieux la couleur brillante et forte plutôt que la boue grisâtre — pas même le brun Rembrandt —qui est répandu sur beaucoup de toiles contemporaines. La vérité est que nous avons plus que suffisamment de splendeurs dans la peinture du xxesiècle, et qu’il importe peu que les dernières années aient perdu leur éclat. Qui maintenant, par exemple, se plaint de l’époque en jachère de la fin du XVIIe siècle, lorsque Vermeer, Velázquez, Rubens et Rembrandt avaient disparu et que personne ne leur avait succédé?

Où les prochains grands coloristes nous entraîneront, et qu’y aura-t-il sur leur palette? Sans doute, la pigmentation traditionnelle sera passée au second rang, et les paillettes et éclaboussures métalliques de Stella et des artistes pop seront complétées par de nouvelles possibilités — des couleurs perlées [John Hoyland les a déjà utilisées] ou des pigments changeants suivant l’angle du regard. Les deux sont déjà fabriqués pour l’industrie automobile. Peut-être que des artistes utiliseront des cristaux liquides dont la couleur change avec la température, ou qui offrent un arc-en-ciel iridescent instantanément.



Enfin, peut-être. Je pense que tous ces médias seront certainement utilisés, parce que c’est ainsi que l’art procède, en trouvant le moyen de profiter de ce que la technologie lui offre. C’est, j’espère, le message principal de cet ouvrage: la technologie ouvre de nouvelles portes aux artistes. Et, bien sûr, les techniciens ne peuvent pas prescrire celles que franchiront les artistes, ou ce qu’ils trouveront sur l’autre rive. « Le peintre du futur, disait Van Gogh, est un coloriste comme il n’y en a jamais eu auparavant. » Je l’espère aussi. L’ironie suprême est que les industriels de la peinture, les théoriciens de la couleur et les fabricants de couleurs influencent dans leur pratique les artisans, qui ont traditionnellement été des gens à l’esprit conventionnel, mettant de nouveaux et miroitants instruments aux mains de visionnaires qui en feront quelque chose de fou, qui briseront le moule et provoqueront une révolution. Cela peut prendre du temps

Vidéo : nouveaux matériaux , nouveaux horizons : Une tradition de révolution

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : nouveaux matériaux , nouveaux horizons : Une tradition de révolution

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles