Tissage sur tablette

> > Tissage sur tablette ; écrit le: 16 avril 2012 par La rédaction

le tissage sur tablette est une méthode ingénieuse permettant d’obtenir d’étroites bandes de tissus, des ceintures, des sangles. Les plus anciens exemples connus, retrouvés dans une tombe à El Cigarellejo en Espagne, datent de 375 après J.-C. Bien que le matériel nécessaire soit réduit, une fois commencé, le tissage se prête mal au transport : il faut maintenir la tension pour empêcher le textile de se tordre. C’est pourquoi cette technique est surtout pratiquée par des peuples sédentaires plutôt que nomades.

Technique:

Les fils de chaîne sont étendus sur un long métier étroit, ou entre la tisserande et un point fixe ; ils ne sont pas maintenus par un système de lices, mais grâce à des tablettes de carton, de bois ou d’os, placées l’une contre l’autre un peu comme dans un jeu de cartes. Elles sont souvent carrées, bien qu’il en existe de forme triangulaire, hexagonale ou octogonale. Selon la complexité du motif à tisser, il faut entre sept et trois cents
tablettes. Chacune sépare les fils qui y sont insérés, soulevant certains et en abaissant d’autres, ce qui ouvre une foule à travers laquelle passer le fil de trame. En faisant pivoter les tablettes, individuellement ou par groupes, on soulève et on abaisse différents fils de chaîne, ouvrant ainsi des foules différentes.
Chaque fois qu’une tablette subit un mouvement de rotation, les fils de chaîne s’enroulent les uns autour des autres. Cela leur donne un aspect caractéristique qui permet d’identifier la technique.

Usages et répartition géographique:

Le nombre très élevé de tablettes par rapport aux fils de chaîne (très supérieur à ce qu’on peut faire avec des lices sur un métier) a pour conséquence qu’on peut obtenir des motifs à effet trame très complexes, comme pour les ceintures de coton aux pouvoirs magiques de Sulawesi, en Indonésie, ornées de lettres arabes. Il est même possible d’ouvrir deux foules en même temps et de tisser en armure double.
Le tissage sur tablette est connu de la Norvège au Maroc et de la Chine à l’Espagne ; il permet d’obtenir des ceintures, des sangles et des harnachements destinés au bétail.

Vidéo : Tissage sur tablette

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Tissage sur tablette

← Article précédent: Velours Article suivant: Textiles imprimés et peints


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site