Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

La conception aristotélicienne de l’art

Vous êtes ici : » » La conception aristotélicienne de l’art ; écrit le: 26 mai 2012 par La rédaction

La conception aristotélicienne de l’art

L’art est production et création

Le mot «art» (technè oupoièsis en grec ancien), sous la plume d’Aristote, désigne aussi bien l’art de construire, de guérir, de naviguer, etc., que celui du peintre, du sculpteur, du danseur ou du poète tragique, que nous connaissons aujourd’hui sous l’expression « beaux-arts ». Aussi, Aristote évoque-t-il régulièrement l’art en général qui est d’abord la faculté de produire, de créer des œuvres qui n’ont pas en elles-mêmes leur principe, lequel réside dans celui qui les produit : l’artiste. L’art relève ainsi essentiellement de la production (poièsis) et non directement de l’action (praxis).



La nature n’est pas une artiste

Lorsque la nature produit des êtres, le principe de sa production n’est autre qu’elle-même, alors que l’œuvre d’art se distingue d’une production naturelle dans la mesure où elle a pour principe une cause étrangère à elle-même, l’artiste.

« Les productions de l’art, ce sont toutes celles dont la forme est dans lame de celui qui produit (j’appelle forme l’être de chaque chose, sa substance première). »

La distinction entre les productions naturelles et les productions de l’art ne s’arrête pas là : dans l’art, l’artiste façonne la matière en vue de l’objectif qu’il s’est fixé, alors que la nature produit à partir d’une matière toute faite.

Enfin, l’ultime distinction entre production naturelle et production artistique réside dans le fait que l’art est une discipline propre à l’homme seul : il nécessite raison et réflexion, il n’est pas comme la nature, un pur instinct. Ce que la nature produit est dit« nécessaire », c’est-à-dire qu’il ne peut en être autrement. À l’opposé, les réalisations de l’art sont « contingentes », autrement dit elle auraient pu ne pas advenir. Ces dernières dépendent d’un être créateur imprévisible et changeant : l’homme.

L’art en quête du vrai

Ainsi que le pense Aristote, si l’art est, comme la science, en quête du vrai, à la recherche d’une adéquation avec le réel, toutes les œuvres d’art n’arrivent pas forcément à leur fin : elles sont alors ratées, leur créateur a manqué son objectif, il s’est trompé, il a réalisé du faux. Aussi, Aristote peut-il ainsi résumer :

« L’art est la faculté de produire le vrai avec réflexion. »

Ce que l’art vise vraiment

Cette définition très générale de l’art comprend alors tous les  arts possibles, ceux qui sont nécessaires à la vie (la médecine par exemple) comme ceux qui agrémentent notre quotidien et que nous qualifions aujourd’hui effectivement d’arts (musique, peinture, etc.) Toutefois, Aristote n’oublie pas pour autant de les distinguer. Les arts d’agrément visent une fin précise et différente de celle des autres « arts » : ils doivent élever celui qui en est le spectateur, le grandir moralement et intellectuellement. Musique, poésie, tragédie concourent ainsi non seulement à procurer du plaisir, mais également à instruire l’individu par le biais d’un délassement de l’esprit.

Vidéo : La conception aristotélicienne de l’art

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : La conception aristotélicienne de l’art

https://www.youtube.com/watch?v=erIVfkoHojA

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles