/*

L’Art : sculpture et architecture

Vous êtes ici : Accueil » Art et décoration » L’Art : sculpture et architecture
L’Art : sculpture et architecture

[tab:ARTICLE]

Monumentale ou discrète, la sculpture accompagne 1‘architecture, anime les monuments en faisant jouer l’ombre et la lumière et introduit la couleur, puisque les sculptures étaient presque toujours peintes de couleurs vives. Elle peut être uniquement décorative ou en étroite relation avec la fonction du bâtiment, qu’il serve à commémorer un événement, rappeler une période historique, honorer une divinité ou célébrer la gloire de Dieu.

Des colosses de pierre

Un énorme lion couché à tête humaine protège les tombeaux des pharaons, c’est le Sphinx des pyramides de Giza. au nord de l’Egypte. Cette sculpture, taillée dans le rocher, à des dimensions gigantesques : 57 mètres de long et 20 mètres de haut. Elle est aussi une architecture, puisqu’elle abritait, entre ses pattes géantes, un autel pour les offrandes.

En Mésopotamie – majeure partie de l’Irak aujourd’hui -, le roi Sargon II fait construire, à partir de 713 avant J.-C., sur le site de Khorsabad, une nouvelle capitale, restée inachevée après sa mort en 705. A l’ intérieur de la citadelle, un palais gigantesque, à la mesure de son ambition démesurée, comprend près de deux cents cours et salles aux murs couverts de décors sculptés. A l’extérieur, les reliefs décrivent la vie de la Cour et ses longs défilés majestueux. Sur les murs intérieurs des nombreuses salles, ils racontent la vie du roi, ses combats à la chasse ou ses batailles contre l’ennemi. Des traces de couleur apparaissent encore sur les visages ou les vêtements des personnages, rappelant que tous ces reliefs étaient en partie peints.

Une porte monumentale protégeait l’entrée du palais. Cette porte était gardée par deux animaux fantastiques, des taureaux à tête humaine (on dit qu’ils sont androcéphales), munis de grandes ailes. Us sont coiffés d’une tiare, qui indique leur nature divine, la barbe et les cheveux sont finement ciselés. Avec leur cinq pattes, ils sont faits pour être vus de face et de profil. De face, ils sont au repos, calmes et impressionnants; de profil, ils ont alors quatre pattes et marchent d’un pas lent et tranquille. Des inscriptions, en écriture cunéiforme, sont gravées entre leurs pattes; elles racontent la construction du palais, et préviennent des malédictions encourues par ceux qui oseraient détruire l’œuvre du roi.

Décorative et narrative lorsqu’elle déroule sur les murs du palais les exploits du roi pour impressionner les visiteurs, la sculpture joue ici un second rôle : elle renforce la solidité de l’édifice en servant de montant aux portes.

Des décors de marbre

Dans la Grèce antique, les temples sont ornés de reliefs, d’abord en terre cuite puis en pierre, peints de couleurs vives. Les sculpteurs illustrent les histoires longues et variées de la mythologie ou les grandes cérémonies religieuses qui rythment la vie quotidienne des Grecs. Ils s’emparent très vite de tous les espaces qui peuvent recevoir un décor sculpté : les frontons au sommet du temple; les colonnes parfois remplacées par des statues de femmes appelées cariatides ; et surtout les frises qui, au-dessus des colonnes, tournent tout autour du temple. La frise des temples doriques, formée d’une suite de métopes – espaces compris entre deux cannelures de pierre -, sert de support aux reliefs sculptés. Dans ce cadre restreint, le sculpteur ne peut représenter que deux ou trois personnages. En revanche, avec la frise ionique, qui court sans interruption au sommet du temple, il peut à loisir faire défiler de longues processions ou faire revivre les combats des dieux et des géants qui peuplent la mythologie grecque.

La Bible racontée dans la pierre

Au début du XIIe siècle, à l’époque romane, la sculpture se déploie dans les cathédrales, les monastères, les églises, même les plus modestes, à l’intérieur comme à l’extérieur. Elle accompagne l’architecture, en souligne les formes, anime les murs ; elle doit surtout servir de support à 1 enseignement religieux de ceux qui ne savent pas lire.

Les artistes, pour la plupart anonymes, racontent des histoires tirées de l Ancien et du Nouveau Testament, de la vie du Christ et des saints. Ils y ajoutent des scènes populaires ou de la vie quotidienne, des diables, des animaux fantastiques, des monstres terrifiants, sans oublier les plantes et les fleurs.

On trouve les sculptures sur les chapiteaux, autour des fenêtres, et surtout à l’entrée des églises sur les voussures, le linteau et le tympan des portails. Les sculpteurs forment des ateliers aux styles différents suivant les régions, comme, entre autres, la Bourgogne, la Touraine ou la Saintonge.

[tab:VIDEOS]

Vidéo : sculpture et architecture

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : sculpture et architecture

http://www.youtube.com/watch?v=oy73oAiyIa0 [tab:END]

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié