Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

Arts de la table : L’argenterie de palace

Vous êtes ici : » » Arts de la table : L’argenterie de palace ; écrit le: 19 mars 2012 par La rédaction

Arts de la table : L'argenterie de palaceDes couverts fonctionnels qui ne manquent pas de charme, des pièces de forme simples et robustes, des monogrammes amusants ou qui font rêver : l’argenterie des palaces, des chemins de fer et des paquebots évoque les balbutiements de la civilisation des loisirs avec ses croisières, ses cures et ses villégiatures.

Dans les trains

À partir de 1880, le réseau de voies ferrées français se développe rapidement. C’est la ruée vers les bains de mer, la Bretagne, les plages du Nord et la Riviera. L’impératrice Eugénie lance la station de Biarritz. Les Anglais prennent leurs quartiers d’hiver à Nice. L’Orient-Express emmène sa riche clientèle jusqu’à Istanbul. Ces voyages en train font rêver et inspirent les cinéastes (L’Inconnu du Nord-Express, Le Crime de l’Orient-Express) et les écrivains (La Madone des Sleepings). La Compagnie internationale des wagons-lits, créée en 1884, transporte son beau monde dans des trains luxueusement aménagés où les passagers s’habillent pour aller dîner dans les wagons-restaurants dignes de palaces. Elle est aussi propriétaire des buffets de gare. La vaisselle est commandée aux grands orfèvres, Christofle en tête, et chaque pièce, de belle qualité, est chiffrée au nom des compagnies: CWL puis WL pour la Compagnie des wagons-lits. Le chiffre est gravé sur l’une ou l’autre face des couverts selon qu’il s’agit de modèles destinés aux trains anglais ou français.



Dans les hôtels et les restaurants

Le long de toutes les côtes françaises du Touquet à Menton, dans les stations de ski, dans les villes de cure s’élèvent de luxueux palaces souvent équipés de casi­nos… La capitale et ses hôtels, comme l’Hôtel du Louvre (1855), le Grand Hôtel (1862), le Ritz (1898), le Crillon (1907), le Lutétia (1910), le Claridge (1914), attirent de plus en plus de touristes notamment à l’occasion des Expositions universelles. Des milliers et des milliers de couverts dûment chiffrés sortent des orfèvreries françaises pour équiper ces hôtels.

Sur les paquebots

Les compagnies maritimes, elles aussi, font appel aux plus grands orfèvres, cristalliers et porcelainiers français, qui créent spécialement pour eux des modèles de services, de verres et d’argenterie. C’est le cas, par exemple, des paquebots Ile-de- France et Atlantique, lancés respective­ment en 1927 et en 1930. C’est aussi le cas de la Normandie, qui effectue sa première traversée Le Havre-New York en 1935. L’orfèvre Puiforcat signe l’argenterie des appartements de grand luxe avec le modèle baptisé « Normandie », Christofle fournit 45 000 pièces pour les premières et troisièmes classes, Luc Lanel créant pour cette occasion sa ligne « Transat », tandis que  Ercuis est chargé d’équiper la classe touriste.

Vidéo : Arts de la table : L’argenterie de palace

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Arts de la table : L’argenterie de palace

https://www.youtube.com/watch?v=VFxAaqJulKU

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles