La peinture d’histoire

> > La peinture d’histoire ; écrit le: 28 mars 2012 par La rédaction

La peinture d’histoire:

Jusqu’au XIX siècle, la peinture d’histoire est la peinture par excellence. Le peintre de sujets historiques traduit la grandeur de la royauté, de l’empire ou de la république. Il glorifie les faits et les gestes les plus nobles. Il compose de grandes actions humaines et offre aux spectateurs de brillants sujets dignes d’intérêt.

Héroïsme et batailles:

La peinture d’histoire existe depuis l’Antiquité égyptienne. Les pharaons guerriers font régulièrement décorer les temples et les pyramides avec des fresques et des bas-reliefs qui retracent leurs batailles et leurs victoires sur les ennemis.
Durant l’Antiquité gréco-romaine, les demeures des riches familles sont ornées par de grandes fresques historiques. À Pompéi, l’exemple le plus célèbre est le vestige de la mosaïque retraçant La Bataille d’Alexandre le Grand contre les Perses. Elle représente Alexandre debout sur son char de combat, livrant bataille et dirigeant ses troupes.
À Rome, les empereurs exposent leurs exploits sur les bas-reliefs des arcs de triomphe et des colonnes commémoratives (colonne Trajane).

La mise en scène de l’histoire:

A la fin du Moyen Age, les principaux événements religieux (Ancien et Nouveau Testament) sont inclus dans la peinture d’histoire. L’enluminure retrace les scènes de la vie du Christ et les batailles livrées par les seigneurs aux Croisades. À la Renaissance, la mythologie devient à son tour un sujet historique.
Rembrandt (1606-1669), Vélasquez (1599-1660) et Rubens (1577-1640) sont les grands maîtres de la peinture d’histoire. Pour décorer les palais et les demeures royales, ils décrivent les grands épisodes de l’histoire du siècle. À Paris, Rubens réalise une série de grands tableaux, Scènes de la vie de Marie de Médicis, commande royale pour décorer le palais du Luxembourg et vanter les mérites de la reine.
mm Pour les peintres de l’Académie royale, la peinture d’histoire, qu’ils appellent « la grande manière », est classée comme le premier des « grands genres ». Les peintres d’histoire sont nommés premiers peintres du roi.

La grandeur et la gloire:

Jacques Louis David (1748-1825) et Antoine Gros (1771-1835) perpétuent la tradition des grands tableaux héroïques. Au service de l’empereur Napoléon Ier, ils glorifient les campagnes des troupes françaises dans toute l’Europe.
Après le rétablissement des Bourbons, Eugène Delacroix (1798-1863) s’inspire des mouvements de révolte parisiens pour peindre La Liberté guidant le peuple (1830). Il exalte le courage du peuple des barricades qui lutte pour sa survie.
Le 26 avril 1937, après le bombardement du village de Guernica par les avions allemands de la légion Condor, Picasso, bouleversé, dénonce les horreurs de la guerre d’Espagne. Il peint en quelques jours Guernica, considérée comme la plus grande peinture d’histoire du XXe siècle.

la révolution et l’empire : jacques louis david

Marie-Antoinette:

Le 16 octobre 1793, David, qui n’aime pas « l’Autrichienne », assiste aux préparatifs de l’exécution de Marie-Antoinette. II fait rapidement ce croquis de la reine. Le contour du visage est tracé de profil, pris sur le vif, d’un dessin sec et nerveux, sans ratures. David s’attache aux traits du visage ; les vêtements sont esquissés plus rapidement. Condamnée à mort, la reine est en chemise et en bonnet. Âgée de trente-huit ans, elle a les cheveux blancs. Au terme de sa vie, devant la guillotine, les mains ligotées dans le dos, elle affiche encore une mine hautaine et sévère.

Bonaparte:

Pendant la guerre de reconquête des provinces du Piémont et de la Lombardie, Bonaparte, alors Premier consul, franchit les Alpes avec son armée au col du Grand-Saint-Bernard, le 21 mai 1800.
Séduit par la personnalité et la grandeur de Bonarparte, David peint l’image d’un héros classique qui monte vers la gloire, se tourne vers le spectateur et montre du doigt la direction à suivre : la route vers un avenir meilleur. Le décor est grandiose, l’orage menace, la tunique et les drapeaux volent au vent, le cheval se cabre.
Aux pieds du Premier consul, David grave sur les rochers le nom des illustres conquérants qui ont réussi à traverser les Alpes : Hannibal, Charlemagne et… Bonaparte !

Vidéo : La peinture d’histoire

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : La peinture d’histoire

← Article précédent: L’art contemporain en Europe Article suivant: L’Art : Friedrich Caspar David 1774-1840 Peintre


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site