L’Art : Le Corbusier Charles-Edouard, Jeanneret, dit 1887-1965 Peintre, architecte et urbaniste

> > L’Art : Le Corbusier Charles-Edouard, Jeanneret, dit 1887-1965 Peintre, architecte et urbaniste ; écrit le: 29 mars 2012 par La rédaction modifié le 12 novembre 2014

Le 6 octobre 1887, à La Chaux-de-Fonds, naît Charles- Edouard Jeanneret, reconnu aujourd’hui comme l’une des figures majeures de l’architecture moderne. Ce Suisse, naturalisé français en 1930, passera à la postérité sous le pseudonyme de Le Corbusier dont il signe d’abord ses premiers articles dans la revue L’Esprit nouveau (1920-1925), puis les nombreux projets d’architecture et d’urbanisme, tant en France qu’à l’étranger, qui jalonnent sa carrière, longue de plus d’un demi-siècle.

A l’école d’art de La Chaux-de- Fonds, où il veut devenir peintre, il est l’élève de Charles L’Eplattenier, ce « maître remarquable » qui convainc le jeune Jeanneret en 1905 de « s’engager dans l’architecture ». Et quand, en 1907, Charles-Edouard quitte le Jura natal pour se rendre « sac au dos » en Italie, il entreprend de parfaire sa formation au travers d’une longue itinérance – entrecoupée de retours dans sa ville d’origine – qui le conduit en Allemagne, en Europe centrale, en Grèce, jusqu’à ce qu’il décide de s’établir définitivement à Paris en 1917.

A la faveur de ces voyages il découvre d autres formes architecturales, qui lui révèlent l’« intense spiritualité » que recèle la « matière morte des pierres muettes » et que, dès lors, il ne va cesser de rechercher dans l’architecture. Mais ces pérégrinations sont également pour lui l’occasion de rencontrer les principaux architectes du moment, de connaître leurs travaux – comme ceux de Frantz Jourdain et de Tony Garnier – ou de se familiariser avec fie nouveaux matériaux, tel le béton armé auprès des frères Perret à Paris, ou encore de se confronter aux problèmes spécifiques posés par la grande industrie à l’agence berlinoise de Peter Behrens.

Autant d’expériences qu’il enrichit au fil de ses propres créations et que, de la villa Fallet (1905) an chantier monumental de Chandigarh en Inde (1951-1963), en passant par la chapelle Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp dans les Vosges (1953), il ponctue d’écrits non moins féconds. Les Cinq Points d’architecture (1928) caractérisent ses constructions : les pilotis, le plan libre, la fenêtre en longueur, la façade libre et le toit-jardin. Vers une architecture (1923) réaffirme le rôle social de l’architecte, dont « le devoir est de rétablir ou d’établir l’harmonie entre l’homme et son milieu ».

Cette obsession, après ses projets de maisons économiques (maison Citrohan de 1922), le mène à la formule d’« unité d’habitation », qu’il concrétise à Marseille entre 1947 et 1952 avec la construction de la Cité radieuse. Il  meurt le 27 août 1965, à Roquebrune-Cap-Martin, en ayant eu à peine le temps d esquisser dans les grandes lignes le projet d’un vaste complexe que l’Etat français lui avait confié en 1962

Vidéo : L’Art : Le Corbusier Charles-Edouard, Jeanneret, dit 1887-1965 Peintre, architecte et urbaniste

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’Art : Le Corbusier Charles-Edouard, Jeanneret, dit 1887-1965 Peintre, architecte et urbaniste

← Article précédent: Les nuances de la couleur Article suivant: L’Art : Klimt Gustav 1862-1918 peintre


Une réponse pour "L’Art : Le Corbusier Charles-Edouard, Jeanneret, dit 1887-1965 Peintre, architecte et urbaniste"

  1. mesroua khouloud  1 novembre 2012 at 12 h 57 min

    est ce que l urbanisme c est une science exacte

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site