Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

Le soutien-gorge

Vous êtes ici : » » Le soutien-gorge ; écrit le: 21 mars 2012 par La rédaction

Le soutien-gorge Les premiers slogans publicitaires, en 1930, donneront la raison d être du soutien-gorge : il doit protéger les seins des mouve­ments de la vie moderne tout en les maintenant. En soixante ans, il est parvenu à s’imposer comme un vêtement indispen­sable, avec une nouvelle fonction : celle de plaire.

Une évolution par étapes

□  Herminie Cadolle inventa en 1889 le premier soutien-gorge qui sépare les seins. Dans les années 30, la rayonne et les nouvelles machines à tisser vont permettre de concevoir le soutien-gorge actuel. Toutefois, il reste onéreux et surtout encore peu adapté aux différentes morphologies féminines.



□   La première grande révolution vient des États-Unis, avec les trois frères de la société Warner. Dans un premier temps, ils mettent au point un tissu entièrement extensible, puis ils affinent les tailles en proposant des bonnets (de A à D) et enfin remplacent les anciennes bretelles en tissu par des bretelles élastiques.

D Après la Seconde Guerre mondiale naît le soutien-gorge Very Secret, réalisé en nylon. Garni de petits coussins d’air, ce soutien-gorge était gonflable. Un autre Américain, Howard Hugues, constructeur d’avions, invente un soutien-gorge aéro­dynamique à armatures renforcées qui rend les seins pointus. Enfin, en 1956, la marque Lejaby met au point le soutien-gorge pigeonnant.

Du rejet à l’indispensable

□   La décennie suivante voit la démocratisation de ce sous-vêtement fabriqué en coton et peu onéreux. Mais c’est surtout la décennie Playtex, qui crée le Cœur croisé, premier soutien-gorge avec des armatures non métalliques.

□   Avec la révolution sexuelle et les mouvements pour la libération des femmes, les années 70 marquent un tournant dans la brève histoire du soutien-gorge. Rejetés, brûlés en public, ils ne disparaissent pas, mais doivent désormais être fonction­nels et confortables, sans connotation sexy. Pour répondre à cette évolution des mentalités, la société Dim lance le soutien-gorge entièrement tricoté, à la manière d’un collant.

□   Le soutien-gorge d’aujourd’hui est un objet de séduction fonctionnel. Les sou- tiens-gorges renforcés reproduisent l’image idéale dominante d’une femme au buste généreux. Quelle que soit sa fonction, le soutien-gorge bénéficie de l’évolu­tion des matières plus extensibles (Lycra) et surtout plus douces (microfîbres).

Une prouesse technique

□   Un soutien-gorge est composé de 30 à 40 petits morceaux de compositions sou­vent différentes, parmi lesquels on trouve le tissu, la dentelle, les armatures, les biais, les agrafes et les élastiques. Toute la difficulté consiste à obtenir une forme ronde à partir de ces morceaux plats.

□   Si les étapes précédant 1 assemblage sont robotisées et informatisées, le mon­tage d’un soutien-gorge est délicat, car les morceaux sont très petits et les cou­tures doivent être réalisées au millimètre près. De nombreuses opérations s’exécu­tent encore à la main (montage des bretelles, des armatures, des ornements).

Le soutien-gorge invisible

■  Pourquoi un soutien-gorge sans coutures ?

Le moulage permet d’obtenir un sou­tien-gorge sans coutures qui maintient le galbe tout en assurant un meilleur maintien et un plus grand confort. Ainsi la plupart des bonnets de soutiens- gorges conçus pour le sport ou pour l’allaitement sont-ils moulés. De plus, cette technique répond à un souci esthétique, le soutien-gorge moulé étant pratiquement invisible sous un vêtement ajusté. Enfin, le moulage per­met d’obtenir des soutiens-gorges convenant à plusieurs tailles d’un même bonnet, réduisant considérablement les temps de fabrication.

■  Comment mouler un bonnet de soutien-gorge ?

Peu d’entreprises détiennent l’outillage et le savoir-faire nécessaires pour réali­ser ce type de déformation des tissus. En Europe, la société Mayser, installée en Allemagne, a pu développer de nou­velles méthodes de moulage, acquises auparavant dans la fabrication des cha­peaux en feutre.

Pour faire un moulage, il faut, dans un premier temps, choisir entre deux grandes catégories de moules, qui per­mettront la découpe du bonnet :

–    les moules coniques ou fonctionnels, pour les étoffes élastiques et non élas­tiques ;

–    les moules sphériques, uniquement pour les étoffes élastiques.

C’est la chaleur qui fixe de manière défini – tive la forme des bonnets. Ensuite, selon l’effet recherché, ceux-ci sont découpés, à l’emporte-pièce pour les modèles simples, et selon des découpes spéciales pour les modèles nettement plus com­plexes.

Inspiré de la technologie de l’industrie automobile et aérospatiale, le moulage a pu se développer grâce aux tissus synthétiques supportant les hautes tem – pératures. Toutefois, le progrès aidant, il est maintenant possible de mouler des bonnets en coton.

■ Qui utilise la technique du moulage ?

L’un des premiers brevets de bonnet moulé fut déposé aux États-Unis avant la Seconde Guerre mondiale. Warner mit au point un soutien-gorge baptisé Spécial Pull car il donnait l’impression d’avoir les seins nus.

En France, c’est la marque Huit qui lança ce type de sous-vêtement, suivie par d’autres fabricants (Chantelle, Triumph, Gossard, Dim). Si les années 70 ont plébiscité ce soutien-gorge, les femmes des années 80 l’ont rejeté, le trouvant trop mou, trop transparent. La généralisation des matières moulantes et la mode des dessous dessus vont réintroduire ce type de soutien-gorge dans les garde-robes.

L’analyseur de silhouette

Si les Japonaises n’ont commencé à mettre des soutiens-gorges qu’en 1945, c’est une société de lingerie japonaise, Wacoal, qui a inventé l’analyseur de sil­houette. Un ordinateur relié à une caméra filme, dans un premier temps, le torse nu.

Il propose ensuite le soutien-gorge qui correspond le mieux à la morphologie des seins. Il permet ainsi de visualiser les imperfections physiques tout en dévoilant les modifications obtenues.

Le soutien-gorge serait-il devenu un ins­trument de modelage au service d’une seule et unique cause : se rapprocher le plus possible de l’image idéale de la femme ?

Vidéo : Le soutien-gorge

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Le soutien-gorge

https://www.youtube.com/watch?v=7DyyFQm0LS8

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles