Les vêtements de sport

> > Les vêtements de sport ; écrit le: 21 mars 2012 par La rédaction

C’est par l’intermédiaire du sport de détente que la structure du vêtement occidental a été totalement modifiée. Le sport a per­mis l’élargissement de la garde-robe, il a imposé le confort, la simplicité, la technicité des matières, et a effacé la disparité entre le féminin et le masculin.

Loisirs sportifs et nouvelles tenues

□   Ce sont les sports réservés à une élite qui vont influencer le vêtement parmi les­quels : le golf, le tennis, la bicyclette, les bains de mer, l’alpinisme, la chasse, l’équi- tation et la conduite automobile. Aujourd’hui, les sports de glisse (rollers, surf, surf des neiges) pratiqués par les jeunes transforment les volumes des vêtements et imposent de nouveaux mouvements de mode.

□   A la fin du XIXe siècle, le cyclisme était un loisir très en vogue. Il permit deux grandes transgressions : une tenue légère pour les hommes et l’adoption du panta­lon pour les femmes.

□   Les premiers alpinistes portaient un pantalon de coton enfilé sur un autre panta­lon en laine, et un gilet de flanelle à même la peau. L’évolution des tenues de ski vers la combinaison a pu se faire grâce aux fibres modernes.

□   D’autres sports ont introduit de nouveaux vêtements : le golf a apporté le cardi­gan, les bains de mer le maillot de bain, l’équitation le jodhpur, et le tennis les jupes plissées courtes.

Le sport à la ville

□   L’influence du sport s’est étendue au-delà de la sphère sportive. Même s’ils ne sont pas destinés à la pratique d’un sport, nos vêtements ont une allure sportive. Les premières tendances de ce phénomène sociologique datent des années 20, avec Jean Patou et Chanel qui lancent une mode décontractée pour la ville. Cette lame de fond s’appelle aujourd’hui sportswear (vêtements pour sports de détente). IL a donné des variantes comme le casual (vêtements décontractés) ou le fridway (vêtements décontractés pour les cadres, portés le vendredi aux États-Unis et au Japon). Ces variantes s’adressent à toutes les catégories de la population.

□   La caractéristique du vêtement inspiré du sport est d’avoir supprimé toutes les structures rigides du vêtement de jadis pour découvrir les mouvements naturels du corps. Mais le sportswear a également introduit la fantaisie dans la tenue mas­culine, en permettant les tenues colorées et les mélanges de matières. Enfin, il a effacé les principales différences entre les hommes et les femmes, dans des tenues souvent interchangeables. Son influence commence à s’étendre aux sous-vëte- ments féminins et masculins.

□   Si, au temps jadis, on s’endimanchait, de nos jours le vêtement culte de la géné­ration des loisirs est le survêtement. Dans les années 20, il était porté par les spor­tifs lors de leur entraînement. Les années 80, avec le développement quasi plané­taire du jogging, vont l’imposer comme tenue.

□   Composé d’un haut (sweat) et d’un pantalon mou retenu aux chevilles par un élastique, il est essentiellement confectionné en coton ou dans un mélange pari­taire de coton et d’acrylique.

Les quatre saisons du vetement de sport

■   Sport et recherche

Le sport actif englobe les vêtements destinés à affronter un environnement hostile tout en fournissant un effort intense. Le sportswear s’adresse à un public pratiquant un sport de détente, dans un environnement normal. Quel que soit le type de pratique, le sport est un élément moteur de l’évolution des tissus et du développement de matières dites techniques, car le vêtement sportif doit être adapté aux exigences du corps dans l’effort.

Toutes les grandes firmes mettent au point des tissus qui accroissent les per­formances : chauds l’hiver, rafraîchis­sants l’été pour les tissus climatiques, les nouvelles fibres favorisent l’évapo­ration de la transpiration tout en empê­chant l’eau de pénétrer. Les fabricants de vêtements de sport travaillent aussi sur de nouvelles formes, plus adaptées. Mais la croissance de cette offre favorise la consommation de vêtements de plus en plus spécifiques et, de plus, soumis à . des courants de mode.

■   À chaque saison sa matière

–     Pour le printemps, les étoffes utili­sées sont les jerseys double face, les mailles stretch synthétiques.

–      Pour l’été, la firme Du Pont de Nemours a mis au point le Coolmax. Matière hydrophobe à base de polyester pouvant être mélangé à du Lycra, le Coolmax permet d’évacuer la transpira­tion vers l’extérieur du vêtement. Ainsi, le tissu va rafraîchir le corps et accroître les performances.

–     Pour l’automne, les tissus doivent être traités contre la pluie avec des enductions. De nouveaux traitements (Scotchgard ou Teflon de Du Pont de Nemours) empêchent l’eau de pénétrer dans les fibres.

–    Pour l’hiver, les matières sont axées sur la protection. Les vêtements pour l’armée, le ski ou la randonnée peuvent être doublés avec une membrane de Goretex (du nom de son inventeur). Totalement imperméable, elle laisse le corps respirer tout en laissant passer la vapeur d’eau.

Une autre fibre, le Thermastat de Du Pont de Nemours, permet, grâce à des fibres creuses, d’emmagasiner l’air pour maintenir le corps au chaud.

Vidéo : Les vêtements de sport

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les vêtements de sport

← Article précédent: Les vêtements en maille Article suivant: Le maillot de bain


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site