Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

Les mouvement dans la peinture : Troubadour

Vous êtes ici : » » Les mouvement dans la peinture : Troubadour ; écrit le: 21 mai 2012 par La rédaction

Les mouvement dans la peinture : TroubadourCONTEXTE

le terme « troubadour » définit la peinture d’histoire qui évoque le passé non classique. Les thèmes choisis dans le Moyen Âge, la Renaissance et le XVIIe siècle apparaissent dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et se développent tout au long du siècle suivant. Le mot qualifie de manière plus précise un genre littéraire et pictural romanesque et sentimental du romantisme français. (—» ROMAN­TISME) stimulé par le Musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir (1795-1816) qui offre une présentation pittoresque du Moyen Age. Ce style mineur, et jugé péjorativement, prend son essor sous l’Empire, il s’inspire des primitifs nordiques (Holbein) et de la littérature : Victor Hugo devient la source principale de l’art troubadour 1830.

CARACTÉRISTIQUE

Les peintres s’expriment dans les petits formats et utilisent fréquemment le support de bois en usage au Moyen Age. Ils représentent les personnages médiévaux typiques (chevaliers, dames, pages), les scènes de la vie privée des grands depuis le Moyen Age jusqu’au XVIIe siècle (Mazarin, Anne d’Autriche) puisées dans les chroniques et évoquent les grands artistes du passé sur le ton de la légende (Raphaël, Durer). Ils s’inspirent de la Divine Comédie de Dante (Paolo et Francesca), de Shakespeare (Roméo et Juliette) et de Goethe (Faust). Les tableaux décrivent les costumes, les meubles et l’architecture avec vraisemblance et raffinement.



La peinture troubadour associe la fermeté et la stylisation archaïque du dessin et les contrastes d’ombres et de lumière romantiques. Les couleurs chaudes et éclatantes s’accordent au travail minutieux et retenu du pinceau.

ARTISTES

Jean-Louis Ducis (1775-1847) se forme auprès de David et peint, en marge d’une production officielle, des scènes troubadour aux épanchements larmoyants.

Pierre Revoil (1776-1842) élève de David, peint des scènes médiévales avec le ton noble des sujets d’histoire transposé dans le petit format.

Fleury-Richard (Fleury François Richard, dit, 1777-1852) réalise des scènes du Moyen Age avec un style troubadour caractéristique, mêlant une interprétation poétique et un métier minutieux.

Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867) s’inspire du style idéal grec, du style gothique et des enluminures des livres d’heures de Jean Fouquet.

Pierre-Nolasque Bergeret (1782-1863) est l’un des premiers à réaliser de petites scènes historiques anecdotiques.

Le peintre belge Henry Leys (1815-1869) choisit ses thèmes dans la vie artistique nordique et pastiche les styles de Cranach, Holbein et Durer.

ŒUVRES

Blanche de Castille éloignant Saint Louis de son épouse malade,

Fleury-Richard, 1808, château d’Arenberg, Suisse.

Le Tournoi, Revoil, 1812, musée de Lyon.

La Mort du Tasse, Ducis, 1817, musée de Lyon.

François Ier reçoit les derniers soupirs de Léonard de Vinci ou La Mort de Léonard de Vinci, 1818, Ingres, Petit Palais, Paris.

Visite de Durer à Anvers en 1520, Leys, 1855, Musées, royaux des Beaux-arts, Bruxelles.

Vidéo : Les mouvement dans la peinture : Troubadour

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les mouvement dans la peinture : Troubadour

https://www.youtube.com/watch?v=SNBadtJvNUc

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles