Généralités : de la couleur dans le jardin

> > Généralités : de la couleur dans le jardin ; écrit le: 9 avril 2013 par La rédaction modifié le 7 février 2019

Pour certaines personnes, un jardin n’en est pas un sans une profusion de fleurs colorées. Pour d’autre, le jardin doit être très discret et discipliné. La chance, c’est que vous recherchez quelque chose entre les deux, auquel cas il vous faut apprendre le b-a-ba de la théorie des couleurs – oh, juste un peu… Et il n’est pas inutile de se rappeler que la couleur des infrastructures et éléments décoratifs est aussi importante que celle des plantes.

en théorie

Les couleurs de l’arc-en-ciel vont du rouge au violet en passant par l’orange, le jaune, le vert, le bleu et l’indigo. En fait, dans la nature la gamme est infinie, car chaque couleur se fond imperceptiblement en la suivante. Le rouge passe du magenta, rose, cramoisi, carmin, écarlate et vermillon à l’orange flamme. L’orange s’éclaircit progressivement jusqu’au jaune qui acquiert à son tour des nuances acidulées et verdit. Le vert s’approfondit en bleu qui se teinte de violet. Les violets pourpres et les prunes tournent au rouge bordeaux.

en pratique

Pour un schéma coloré reposant, choisissez des fleurs de coloris proches. Enrichissez le tableau par des poteries vernissées, des bancs peints, des murs crépis, etc., aux nuances voisines.

en théorie

Nos yeux ne distinguent que trois couleurs : le rouge, le jaune et le bleu, dites couleurs primaires. Notre cerveau reconnaît toutes les autres couleurs à partir des différentes combinaisons et proportions de couleurs primaires détectées par la rétine. Le rouge et le jaune

donnent de l’orange, le jaune et le bleu, du vert, le rouge et le bleu: du violet – des couleurs dites, de ce fait, secondaires.

en pratique

Pour un schéma stimulant, optez pour les contrastes de couleurs. Associez une couleur primaire et son opposée – la couleur secondaire obtenue en ajoutant les deux autres primaires : le rouge et le vert, le jaune et le violet, le bleu et l’orange. Chacune des couleurs de ces paires contrastées est aussi éloignée qu’il est possible de son opposée, et tous les capteurs de l’œil sont sollicités!

souvenez-vous que…

  • Les couleurs peuvent être vives et intenses ou éteintes et pâles. Pour chaque couleur, il existe une infinité de nuances, des plus profondes et sombres aux plus pâles. Un schéma coloré construit sur les différentes nuances d’une même couleur sera souvent réussi.
  • Les couleurs chaudes comme le rouge et l’orange sautent aux yeux; utilisez-les pour raccourcir les distances d’un recoin étroit et profond.

Les couleurs froides comme le bleu et le vert semblent se fondre dans le lointain ; elles n’écraseront jamais un petit espace.

  • Dès qu’il y a relation, il y a harmonie. Les couleurs pastel s’associent toujours bien, et les matériaux sombres ont une mystérieuse affinité mutuelle, quelle que soit leur tonalité.
  • Les couleurs qui jurent en théorie peuvent très bien s’associer dehors; en revanche, c’est un désastre en intérieur. La raison ? Dans le jardin, elles sont séparées par beaucoup de verdure ou de ciel.
  • Aucune loi n’impose au jardin d’avoir un schéma de couleurs. Un mélange exubérant de floraisons multicolores peut être ravissant. Cependant, si les choses vous échappent et que vous voulez ramener un peu d’ordre, ajoutez ici et là des fleurs blanches pour calmer le jeu.
  • Pour un jardin vraiment apaisant, n’utilisez que le blanc et le vert. Cette association classique et indémodable est particulièrement belle la nuit.

Vidéo : Généralités : de la couleur dans le jardin

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Généralités : de la couleur dans le jardin

← Article précédent: Généralités : le jeu des nombres Article suivant: Généralités : quel style ?


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site