Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ARTS ET DECORATION

Les mouvements dans la peinture : Expressionnisme abstrait

Vous êtes ici : » » Les mouvements dans la peinture : Expressionnisme abstrait ; écrit le: 19 mai 2012 par La rédaction

Les mouvements dans la peinture : Expressionnisme abstrait

CONTEXTE

appelé Abstract Expressionnism par le critique américain Robert Coats, l’expressionnisme abstrait, ou école de New York, est” le premier mouvement authentique d’art abstrait américain initié par le peintre Arshile Gorky. La première génération de l’expressionnisme abstrait se développe à New York entre 1942 et 1957. Né dans les années quarante ce mouvement regroupe une quinzaine d’artistes qui s’intéressent à la gestualité dans l’œuvre d’art. Soutenus par Peggy Guggenheim, riche amateur d’art, ils exposent dans sa galerie Art of this century.



Cette forme d’expression artistique apparaît dans un contexte stylistique et politique particulier. Les artistes expressionnistes abstraits rejettent le cubisme (-» CUBISME) et le surréalisme (SURRÉALIS­ME). Ils s’intéressent à la réalité de la vie américaine, aux problèmes sociaux et économiques générés par la crise de 1929, aux bouleversements dus à la Seconde Guerre mondiale, à la présence d’artistes européens influents menacés par le nazisme et réfugiés à New York (Mondrian, Léger, Ernst, Masson, Breton, Mirô, Matta). Cet art se développe pendant une vingtaine d’années et donne naissance à des courants analogues en Europe, au Japon et en Amérique du Sud. Très influencés par l’Action Painting de Jackson Pollock et par l’expressionnisme abstrait d’artistes majeurs, comme Willem De Kooning, Mark Rothko et-Arshile Gorky, les artistes expressionnistes abstraits américains de la seconde génération diffusent leur art à partir de 1964, en Europe. L’artiste la plus connue et la plus représentative est Joan Mitchell.

CARACTÉRISTIQUES

Les artistes choisissent systématiquement de grands formats. Certains expriment leur perception des problèmes politiques, économiques et sociaux par des traces figuratives, d’autres les éliminent définitivement. Bien que possédant chacun une expression propre, ces peintres ont en commun le sens de la frontalité de l’espace pictural, l’absence de hiérarchisation des parties dans la toile qu’ils couvrent totalement de peinture (ALL OVER). L’aspect géométrique, assez brut de l’œuvre s’éloigne du surréalisme.

La couleur posée en aplats plus ou moins étendus montre la rapidité d’exécution gestuelle. Selon l’artiste, la toile se compose d’une ou de plusieurs couleurs et, à l’extrême, d’une seule couleur ( MINIMAL  ART). Les œuvres jouent du noir, du blanc et/ou de couleurs vives, primaires (bleu, jaune, rouge) rehaussées de blanc, assombries de noir et semblent animées de calligraphies.

ARTISTES

États-Unis

Arshile Gorky (1904-1948) est le premier représentant de l’expressionnisme abstrait qui intègre l’art surréaliste. Il  associe l’automatisme gestuel à la figuration. Il s’inspire des figures biomorphiques du surréaliste Mirô, représentations conscientes et images allusives inconscientes. Le lavis ou la peinture à l’huile aux tonalités pâles rehaussées de taches de rouge le caractérise.

Willem De Kooning (1904-1997), contemporain de Pollock et, comme lui, très influent, s’intéresse à la représentation mi-figurative mi- abstraite et privilégie la femme. La tension picturale s’exprime par l’interpénétration des formes, des couleurs vives posées à la hâte. Mark Rothko (1903-1970) simplifie les formes abstraites de ses toiles jusqu’à obtenir deux ou trois rectangles. Les coloris sont des vibrations vaporeuses et lumineuses dans une matière opaque. Les plages de couleurs ne se touchent jamais complètement.

Clifford Still (1901-1980), pionnier de l’expressionnisme abstrait comme Gorky, simplifie son art à l’extrême, au profit de grandes surfaces de couleurs vives et lumineuses dont il travaille la texture comme Rothko et Newman (—> MINIMAL ART). Ses toiles, d’un format mural, présentent des tâches en forme de flammes puis de grandes plages de couleurs en. aplats, constituées de deux ou trois couleurs rehaussées de noir, sa « non-couleur privilégiée » écrit-il.

Avec Adolf Gottlieb (1903-1964), comme nombre d’expressionnistes abstraits, la forme cède devant le contenu, celui de son inconscient dans la tradition surréaliste.

Les couleurs vives et subtiles sont peu à peu remplacées par un fond brun clair sur lequel se détache une masse sombre sphérique située au- dessus d’une « tache de soleil »jaune vif. réalisation caractéristique de l’artiste.

Franz Kline (1910-1962) est stylistiquement proche de l’art de Soulages (ART INFORMEL) par le résultat mais non pas la démarche picturale. L’équilibre rythmique des bleus et des blancs posés à la brosse manifeste son dynamisme d’exécution sur toile ou sur papier.

Ad Reinhardt (1913-1967) peint des rectangles rouges, bleus et noirs, parallèles et perpendiculaires. Petit à petit les plages de couleurs deviennent de plus en plus sombres et sourdes.

Philip Guston (1912-1980) abandonne le style figuratif pour l’abstraction pure à l’apparition de L’Action Painting. Sur ses vastes toiles, il crée des effets de surface par le mouvement du pinceau, prolongement de son corps. Il  réalise aussi de petites- surfaces, au centre de sa toile, aux contours flous et aux tons pastels.

Bradley Walker Tomlin (1889-1953) divise ses vastes toiles en petits espaces carrés, grille sur laquelle il pose des inscriptions blanches ou noires. Les lignes brisées et floues s’agencent selon une dynamique personnelle.

Robert Motherwell (1915-1991) opte comme Kline pour les noirs et les blancs. De ses thèmes principaux, « Open Sériés » et « Élégies » sur la République espagnole, constitués de collages, émane une atmosphère dramatique.

Artistes de la seconde génération

États-Unis

Joan Mitchell (1926-1992), l’une des trente et un artistes de cette seconde génération, utilise, comme tous ses maîtres, de très grands formats, qu’elle organise en triptyques et en polyptyques. Elle possède le sens de la matière picturale et du geste pour marquer son émotion attachée à la nature. Ses paysages abstraits évoquent surtout le terroir dans une vibration et un enchevêtrement énergique de larges touches colorées. Norman Bluhm (né en 1920), Kenneth Noland (né en 1924), Morris Louis (1912-1962), Helen Frankenthaler (née en 1928) réalisent des œuvres expressionnistes abstraites.

OEUVRES

Woman 2

De Kooning, 1952, Museum of Modem Art, New York.

Agony

Gorky, 1947, Museum of Modern Art, New York.

Rouge Magenta, noir, vert sur orange

Rothko, 1949, Museum of Modern Art, New York.

Abstraction

Kline, 1950-1951, collection Noah Goldowski, New York.

Peinture

Still, 1951, Museum of Modem Art, New York.

Contrepoint

Gottlieb, 1959, Marlborough, Gerson Galerie, New York.

Abstract Painting

Ad Reinhardt, 1956, Yale University Art gallery, New Haven.

Ouverture

Guston, 1952, collection particulière, New York.

Vidéo : Les mouvements dans la peinture : Expressionnisme abstrait

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les mouvements dans la peinture : Expressionnisme abstrait

https://www.youtube.com/watch?v=58HDDeLcyz0

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles