➔ ARTS ET DECORATION

L’Art : Millet Jean-François 1814-1875 peintre

> > L’Art : Millet Jean-François 1814-1875 peintre ; écrit le: 29 mars 2012 par La rédaction modifié le 23 octobre 2018


Elevé à la campagne, Jean-François Millet commence très jeune à dessiner. Son père l’envoie à Cherbourg où il étudie la peinture selon les principes néo-classiques de David. En 1838, le jeune homme obtient une bourse pour s’installer à Paris et entre dans l’atelier de Paul Delaroche, peintre d’histoire. Il étudie longuement au Louvre les œuvres de Mantegna, et admire particulièrement Michel-Ange et Poussin. Il  gagne sa  vie en exécutant des portraits ; l’un de ses tableaux est accepté au Salon de 1840. Quelques années plus tard, les commandes de portraits diminuent et il s’oriente vers les nus et les scènes de genre, qui annoncent son goût pour les thèmes ruraux.

Millet est très ébranlé par la révolution de 1848 et s’attache dès lors à la représentation des hommes du peuple. L’année suivante, il fuit Paris et part avec sa famille s’installer à Barbizon. Il y restera jusqu’à la fin de sa vie. Il loue une masure paysanne, aménage une grange en atelier, et retrouve le climat et le milieu de son enfance. Il peint l’existence difficile des paysans, à une époque qui vit un profond changement de société, marqué par l’exode des populations rurales vers les villes industrielles alors en plein essor.

Les œuvres de Millet sont souvent considérées par ses contemporains, inquiets de la menace que représentent les classes populaires, comme une prise de position politique et sociale en faveur du peuple. En fait, l’artiste ne cherche pas à peindre les paysans en tant que classe sociale, ni à réaliser des portraits individuels. Des tableaux comme Le Vanneur (1848),

Le Semeur (1850), Les Glaneuses(1857:p.154) représentent plutôt des « types » de paysans, occupés à une activité traditionnelle, témoins anonymes de leur condition. Après 1865, les thèmes ruraux sont à la mode, donnant à Millet une notoriété qui ne s’est pas démentie depuis, comme en témoignent les multiples reproductions de ses peintures, du calendrier des Postes aux couvercles de boîtes de chocolat… Millet connaît alors une reconnaissance officielle et reçoit la Légion d’honneur en 1868.


Malade, il ne peut accepter de décorer le Panthéon et meurt, en 1875, à Barbizon. Son œuvre influence de nombreux artistes dont Van Gogh, qui admire son talent de dessinateur et ses scènes de genre, et fait de Millet son guide spirituel .

Vidéo : L’Art : Millet Jean-François 1814-1875 peintre

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’Art : Millet Jean-François 1814-1875 peintre

← Article précédent: La fresque Article suivant: Le collage


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles